Thursday, April 26, 2012

Mangeons bien et vivons vieux

Comment lutter efficacement contre l'arthrose ?

L’arthrose peut toucher toutes les articulations mais le plus souvent ce sont les articulations qui travaillent le plus qui sont le plus fréquemment atteintes et celles qui supportent le poids du corps.

On distingue :

1. la coxarthrose qui affecte l’articulation de la hanche
2. la gonarthrose qui atteint le genou et raidit le pas
3. la cervicarthrose qui touche la colonne vertébrale
4. la lombarthrose qui concerne les vertèbres lombaires du bas du dos et peut entraîner lumbago et sciatique
5. l’omarthrose se situe à l’épaule
6. l’arthrose digitale est localisée aux doigts. Si c’est le pouce qui est concerné, on parle alors de rhizarthrose.

La consommation d’aliments riches en vitamine C et en caroténoïdes protégerait les articulations de l’arthrose, selon une étude de l’université de Monash à Melbourne (Australie).

Tout au long de notre vie, nous marchons, nous plions nos bras et nos genoux. Et si nos mouvements sont si fluides, c’est grâce au glissement des cartilages entre eux. Ces cartilages sont des tissus capables d’amortir les chocs et de glisser les uns sur les autres grâce à un lubrifiant sécrété par la membrane synoviale située au niveau de l’articulation. Ils s’usent à chacun de nos mouvements mais il existe un système d’entretien capable de les régénérer. Au fil des années, ce système fonctionne moins bien. C’est ainsi qu’apparaissent les premiers symptômes de l’arthrose, la « maladie de l’usure des articulations », en général vers l’âge de 40-50.

Le Dr Yuanyuan Wang et son équipe ont évalué les apports nutritionnels de 293 hommes et femmes âgés d’environ 40 ans. Pour cela, les participants ont rempli un questionnaire très détaillé sur leurs habitudes alimentaires. Ces volontaires étaient en bonne santé et n’avaient aucun problème articulaire au début de l’étude.
Dix ans plus tard, chacun d’entre eux a été soumis à un IRM (Imagerie par Résonance Magnétique) dans le but d’évaluer les défauts et le volume des cartilages au niveau du genou.

Résultat : les participants dont l’alimentation apportait le plus de vitamine C, notamment ceux qui consommaient beaucoup de fruits, présentaient le risque le plus faible de souffrir d’arthrose au genou par rapport aux autres participants. De plus, les cartilages les moins abîmés ont été observés chez les participants dont l’alimentation apportait le plus de lutéine et de zéaxanthine – deux types de caroténoïdes trouvés en abondance dans les légumes verts – par rapport aux autres participants.

Il est cependant fortement déconseillé d’abuser du citron qui peut au contraire accentuer les douleurs.
Rébecca Mailly

Les caroténoïdes réduisent le risque du cancer du sein
En fait c'est quoi les caroténoïdes?
On regroupe sous le terme de caroténoïde les carotènes et les xanthophylles.
Le carotène est un terpène découvert en 1881 par Wachenroder. C'est un pigment de couleur orange, dimère de la vitamine A. Il est important pour la photosynthèse. Il se présente majoritairement sous les formes α et β-carotène et plus minoritairement sous les formes ε, γ, δ ou ζ-carotène.
Par extension, on appelle carotènes l’ensemble des caroténoïdes qui ne sont pas oxygénés (comme le lycopène, le phytoène…) : ce sont des tétraterpènes, ils comportent quarante atomes de carbone.
Les xanthophylles sont des molécules de couleur jaune dérivées des carotènes, par ajout d'atomes d'oxygène (fonctions alcool, cétone, époxy, …). Elles appartiennent à la famille des caroténoïdes. On les rencontre dans les chloroplastes ou les chromoplastes des cellules végétales, notamment dans les pétales de certaines fleurs de couleur jaune, orange ou rouge, et chez les algues, par exemple les algues brunes (Phéophycées) où celles-ci masquent la chlorophylle.
Les caroténoïdes sont des pigments plutôt orange et jaunes répandus chez de très nombreux organismes vivants. Liposolubles, ils sont en général facilement assimilables par les organismes. Ils appartiennent à la famille chimiques des terpénoïdes, formés à partir de la polymérisation d'unités isoprènes à structure aliphatique ou alicyclique. Il est généralement admis qu'ils suivent des voies métaboliques similaires à celles des lipides. Ils sont synthétisés par toutes les algues, toutes les plantes vertes et par de nombreux champignons et bactéries (dont les cyanobactéries). Ils sont absorbés par les animaux dans leur nourriture.
Chez les plantes, ce sont des pigments accessoires de la photosynthèse, qui ont deux rôles principaux : un rôle de collecteur de lumière (transfert à la chlorophylle de l’énergie lumineuse qu’ils absorbent dans les gammes du spectre situées entre le violet et le rouge) et un rôle photoprotecteur (récupération de l'énergie de la chlorophylle en particulier en cas d'excès de lumière). Ils sont contenus dans les chloroplastes et plus particulièrement les chromoplastes. Ils jouent aussi un rôle moins connu, comme précurseurs pour la biosynthèse d’apocaroténoïdes[2] comme l'apocaroténal ou certaines hormones végétales (acide abscissique, strigolactones, …).
Les caroténoïdes jouent un rôle important dans la nutrition et la santé, car plusieurs sont des provitamines A, et certains présentent aussi des activités anti-cancer et antioxydantes. Ils stimulent aussi la synthèse d'anticorps.

Les femmes qui mangent le plus d’aliments riches en caroténoïdes ont moins de risque de développer un cancer du sein avant la ménopause.

Comment diminuer le risque de cancer du sein chez les femmes non ménopausées ? En faisant le plein de caroténoïdes. Une équipe de chercheurs américains vient en effet de montrer que les femmes qui consomment des aliments riches en caroténoïdes au moins deux fois par jour voient leur risque de cancer du sein diminuer de 17 %.

Le docteur Laura Mignone et ses collègues de l’école de santé publique de Harvard ont comparé l’alimentation de plus de 5700 femmes souffrant d’un cancer du sein à l’alimentation de femmes en bonne santé.

Ces derniers se sont alors aperçus que les femmes qui mangeaient le plus d’aliments riches en caroténoïdes avaient moins de risque de développer un cancer du sein. La vitamine A, le bêta-carotène, la lutéine et la zéaxanthine sont les caroténoïdes les plus efficaces.

En revanche aucun effet protecteur n’a été retrouvé pour les femmes ménopausées, ce qui fait dire aux chercheurs que l’effet protecteur des caroténoïdes pourrait être lié à une interaction avec les hormones féminines.

Plus on est acariâtre, plus la capacité pulmonaire décline avec l'âge, selon une étude américaine publiée dans le journal scientifique Thorax.
L'étude a suivi 670 hommes âgés d'une soixantaine d'années en moyenne à partir de 1986. Leur niveau d'hostilité a été évalué à l'aide d'un test appelé Cook-Medley. Leur fonction respiratoire a également été évaluée au début de l'étude. Ces volontaires ont été suivis 8 ans. Selon les auteurs de l'étude, les scores d'hostilité sont liés aux capacités respiratoires : plus on serait grincheux, plus la capacité pulmonaire déclinerait. Or la capacité pulmonaire est l'un des facteurs qui prédit le mieux la longévité chez une personne âgée. Cette étude est une étude d'observation, elle ne permet pas de déduire des résultats un lien de cause à effet, mais les auteurs estiment malgré tout que les émotions négatives, comme la colère et l'hostilité, pourraient avoir une influence sur certaines hormones, ce qui pourrait favoriser l'inflammation et diminuer l'immunité. On sait par exemple que des taux élevés de cortisol, une hormone du stress peuvent affaiblir le système immunitaire. Des taux élevés de certains neurotransmetteurs augmentent la quantité de radicaux libres, parce que l'organisme doit ensuite dégrader ces neurotransmetteurs et que ce processus favorise les radicaux libres. Les radicaux libres sont des molécules réactives associées au vieillissement.
Le secret pour vivre vieux : vivez avec des jeunes. Selon une nouvelle étude, le fait de fréquentez les jeunes générations permet d’accroître la longévité. Enfin chez les mouches, ça marche…

Pour vivre vieux, fréquentez les jeunes !!!

Comment faire pour rester jeune et en bonne santé le plus longtemps possible ? Fréquentez des petits jeunes ! C’est du moins ce que suggère une nouvelle étude américaine – menée sur des mouches… Aurait-on enfin trouvé le secret de la fontaine de Jouvence ?

Pour parvenir à cette conclusion, les chercheurs ont étudié une espèce de toutes petites mouches à l'espérance de vie très courte. Les insectes ont été mis dans deux bocaux différents : un bocal témoin hébergeant des mouches du même âge et un autre bocal dans lequel les vieilles mouches partageaient l’espace avec des camarades plus jeunes.

Résultat : les mouches élevées avec leurs cadettes ont vécu en moyenne deux fois plus longtemps que les autres. Cerise sur le gâteau, ces dernières étaient dans un meilleur état physique que leurs homologues qui étaient restées « entre vieilles ».

« Ces résultats montrent que les interactions sociales avec des membres plus jeunes de l'espèce ont un effet bénéfique sur le plan physiologique, au moins pour ces petites mouches », explique Chun-Fang Wu, professeur de biologie à l'université de l'Iowa.

L’auteur reconnaît ne pas savoir pourquoi la fréquentation des jeunes générations accroît la longévité mais souligne que « cette étude corrobore l'idée que l'environnement social peut avoir un impact bénéfique pour les personnes qui souffrent de maladies neurologiques liées à l'âge ». Le mélange des générations, ça a du bon…


Chun-Fang Wu, Annales de l'Académie nationale des sciences


30 minutes d’activité physique par semaine pour vivre plus longtemps

Les sédentaires peuvent améliorer leur espérance de vie en faisait seulement 30 minutes d’activité physique par semaine.



Faut-il vraiment faire chaque jour une demi-heure de sport pour espérer tirer bénéfice d’une activité physique ? Pas forcément. Si l’on en croit une nouvelle étude 30 minutes par semaine suffisent aux personnes sédentaires pour diviser par deux leur risque de mortalité.

Pour mettre ce résultat en évidence, les chercheurs américains ont suivi pendant 9 ans plus de 4300 quinquagénaires et sexagénaires en bonne santé et les ont répartis en 5 catégories en fonction de leur niveau d’activité physique : sédentaires complets, sédentaires bougeant juste un peu, moyennement actifs, actifs, très actifs.

Sans surprise, les chercheurs ont observé une mortalité plus importante chez les sédentaires que chez les actifs. En revanche ce qui s’est avéré surprenant c’est la différence de mortalité entre les groupes « sédentaires complets » et « sédentaires bougeant juste un peu ». En pratiquant à peine une demi-heure d’activité physique par semaine, les sédentaires bougeant peu diminuent de moitié leur risque de mourir prématurément par rapport aux sédentaires complets.

Les chercheurs conseillent aux personnes totalement réfractaires à l’activité physique de faire l’effort de bouger ne serait-ce qu’un peu. « Le taux de mortalité grimpe très rapidement quand on cesse de bouger », précisent-ils.

Le poisson qu'on mange n'est pas toujours celui qu'on croit

Selon Ocean 2012, plus d'un quart des poissons vendus en Irlande sous l'appellation "morue" sont en réalité des lieus jaunes, des lieus noirs ou des merlans. Pour faire face à l'épuisement des stocks du fait de la surpêche, les professionnels du marché de la pêche n'hésitent pas à vendre des poissons de moindre qualité sous un étiquetage mensonger, affirme jeudi 26 avril l'alliance Ocean 2012. Selon les recherches effectuées par la centaine d'organisations de défense des écosystèmes marins regroupées au sein de cette alliance, plus d'un quart des poissons vendus en Irlande sous l'appellation "morue", par exemple, n'en sont pas. Il s'agit en réalité de lieu jaune, de lieu noir ou de merlan portant des étiquettes frauduleuses.

"Le fait de paner, fumer ou enrober ces filets dans de la pâte à frire permet d['en] masquer l'apparence, l'odeur et le goût", assure l'alliance dans un rapport. MERLU AFRICAIN ET PANGASIUS ASIATIQUE De même en France, le consommateur non averti ignore que la roussette, la saumonette ou encore le chien de mer sont en réalité de petits requins. Tandis qu'en Espagne, un tiers des poissons vendus sous l'étiquette "merlu" sont en fait une variété de second rang pêchée dans les eaux africaines, selon des études menées par l'université espagnole d'Oviedo. Le kilo de merlu frais européen était vendu 11,72 euros en 2010 contre à peine 6,79 euros pour le merlu africain. Les fraudeurs n'ont pas hésité à mettre le second sur les étals européens en prétendant qu'il avait été pêché dans les eaux locales. Autre fraude dénoncée par Ocean 2012, le pangasius, un poisson élevé dans les eaux chaudes, douces et saumâtres d'Asie du Sud-Est, et actuellement le moins cher sur le marché mondial, a été servi comme de la morue, poisson des eaux froides de l'Atlantique, dans des "Fish and Chips" britanniques. En dix ans, les importations en Europe de ce poisson de basse qualité ont bondi de 2 000 à 220 000 tonnes.

 UNE DEMANDE EN HAUSSE, DES STOCKS QUI DÉCLINENT 

 En France, la consommation de produits de la mer augmente en moyenne de 2 % par an depuis deux décennies, rappelle l'alliance. "La demande ne cesse d'augmenter, alors que les stocks de poissons exploités localement ne cessent de décliner pour cause de surpêche", indique Stéphane Beaucher, coordonnateur politique pour Ocean 2012.

 Les pratiques frauduleuses de certains opérateurs sont d'autant plus aisées que la plupart des consommateurs ne sont pas capables d'identifier les espèces, indique l'alliance. En outre, les contrôles sont peu nombreux en raison de la dispersion des points de distribution. Jeudi 26 et vendredi 27 avril se tient à Luxembourg le conseil européen des ministres de l'agriculture et de la pêche, qui doit se pencher sur l'épineux sujet de la pêche européenne : la ressource se raréfie - 82 % des stocks de poissons de la Méditerranée et 63 % de ceux de l'Atlantique sont surexploités -, l'emploi des professionnels est en chute libre et les subventions publiques sont épuisées. Lire

Antananarivo :Impayés de CT et CST: Un grand hôtel risque la fermeture

Jeudi, 26 Avril 2012

 Alors que ces parlementaires jouissent d’un salaire très confortable qui fait l’envie des 76,5% des Malagasy pauvres, ils ne paient pas leurs frais d’hôtel . Nombreux sont les parlementaires à choisir cet hôtel de la capitale lorsqu’ils sont en session. Mais même si leur salaire est de 1 400 000 Ar par mois, ils s’autorisent de ne pas payer. En revanche, les pauvres ont un revenu mensuel ne dépassant pas les 80 000 Ar par mois. Cela signifie que le salaire de ces parlementaires non élus est 17,5 fois plus que le revenu mensuel des pauvres.

Si l’on attendait un changement du côté de la rémunération des membres des institutions sous ce régime de la transition, les contribuables n’ont que leurs yeux pour pleurer. Ils paient en effet l’intégralité du budget de fonctionnement de l’Etat dont le salaire des parlementaires. Ils paient aussi une très grande partie du budget d’investissement public, étant donné la suspension du gros des aides extérieures.

 Pour couronner le tout, certains de ces contribuables dont cet hôtel cité plus haut font face aux impayés de certains parlementaires. L’on se demande jusqu’à quand cet établissement pourra continuer à subir le comportement de ces parlementaires. Outre le comportement honteux de ces parlementaires, ce problème fait remonter à la surface l’iniquité des grilles salariales pratiquées dans l’administration et les institutions publiques, ainsi que l’inégalité flagrante du niveau des revenus à Madagascar.

Dans le fonctionnariat, les statuts particuliers de certains corps de fonctionnaires créent de la frustration pour les autres corps. D’où les grèves à n’en plus finir de ces dernières années. Sinon, les membres de plusieurs institutions jouissent d’un salaire confortable, alors qu’ils sont loin de produire quoi que ce soit pour le pays. C’est une perte économique énorme. Il n’y a qu’à observer le Parlement, non seulement sous la transition actuelle mais également sous tous les régimes précédents.

Le Parlement n’a jamais joué son rôle de contre-pouvoir et a toujours laissé les présidents de la république successifs à commettre toutes les dérives de gouvernance imaginables et possibles. On se rappelle les investissements à outrance et les unités industrielles qui en découlaient mais dont la grande majorité n’a même pas fonctionné sous le régime socialiste. Il y avait aussi les multiples erreurs de gouvernance sous le précédent régime dont le flou entourant l’achat d’un avion présidentiel, les accaparations de terrains appartenant à l’Etat par l’ex président, la confusion entre les intérêts de ce dernier et ceux de l’Etat incluant les importantes exonérations fiscales pour le groupe Tiko… Bref, la liste est très longue. Mais aucune réaction du Parlement n’a été notée sur ces différentes affaires.

Ankazomanaga : Notondrahany vary mahamay ny tareham-badiny

Jeudi, 26 Avril 2012 00:00 May tanteraka ny tarehan’ity lehilahy iray monina eny Ankazomanga noho ny zavatra nataon’ny vadiny azy. Tafaverina avy nijery rugby izy, izay no tena fialam-boliny. Raha vao niditra ny trano anefa izy dia nanontany azy ny vadiny raha efa naloany ny hofantrano na tsia. Ankevitry ny tsia no valiny. Tezitra tamin’izany ilay ramatoa ka avy hatrany dia notobasany tamin’ny vary sosoa mahamay ilay vadiny, teny amin’ny tarehany. Nitsovaka avy hatrany ny faritra voa. Teo no ho eo ihany dia tsy maintsy nentina tany amin’ny hopitaly izy ary mbola nahitana vary teny amin’ny takolany. Ilay vehivavy kosa, raha vao niseho izany zavatra izany dia lasa nandeha, araka ny loharaom-baovao voaray, ary hatramin’izao tsy mbola nody. Teo anatrehan’izany seho izany, tonga saina ilay lehilahy miheritreritra ny zanany ao an-trano ka nangataka ny hiala ny hopitaly na dia tsy mbola tsara tsabo azy ny feriny. Ankoatra izany, noho ny hamenarana dia voalaza fa nametraka fialana tao amin’ny toerana niasany izy. Marihina fa mpiambina no asany. Ny antony nialany ny hopitaly koa moa dia voalaza fa noho ny tsy fisian’ny vola.

Nouvelle arrestation à Tuléar : La carte bancaire de Johanna retrouvée

Jeudi, 26 Avril 2012
Un rebondissement sur le meurtre de Gerald Fontaine et de sa compagne. Divers objets appartenant aux victimes ont été retrouvés sur un individu. Une arrestation importante, indique-t-on, a eu lieu hier à Toliara en ce qui concerne le double meurtre de français.

Sur la base de renseignements qui leur sont parvenus, la police a remonté la piste jusqu’à un individu fortement suspecté, hier matin. Au cours d’une perquisition à Besakoa, les enquêteurs ont trouvé la carte bancaire de Johanna Delahaye. Le rétroviseur du Quad a également été découvert durant cette fouille d’usage. Le propriétaire du lieu a été par la suite embarqué par la police locale.

 Cette arrestation d’hier marque un rebondissement important de l’affaire. L’enquête suit son cours tandis que les corps ont été rapatriés en France. Celui de Gérald Fontaine a été ramené dans son pays juste après l’autopsie. De sources locales, la police est partie sur une réquisition téléphonique. Ce qui a permis de localiser le détenteur du téléphone portable de l’une des victimes. Un guet-apens a alors été organisé. Il a bien porté ses fruits avec cette interpellation de l’un des individus suspectés.

Durant son enquête, ce dernier aurait dénoncé d’autres noms. De sources généralement informées, deux autres personnes sont actuellement à rechercher, à la suite de ces aveux. L’affaire est bien suivie par la presse internationale et fait des échos sur la grande toile. On annonce que le climat d’insécurité s’installe davantage dans la grande île et menace les ressortissants français qui y habitent. Les endroits touristiques tout comme la plage Batterie, à 15 kilomètres de la cité du soleil, sont les plus exposés aux actes de banditisme. Inhabités et rarement fréquentés, de tels endroits facilitent la tâche des malfrats.

Pour le cas de ce double meurtre, un journaliste français serait dépêché sur place pour suivre le déroulement des événements liés à cette affaire.

Lalatiana Rakotondrazafy : Révélations sur la HAT !

Après notre article d’hier relatif à la plainte de Mamy Ravatomanga, Lalatiana Rakotondrazafy de Free FM a fait une sorte de droit de réponse à travers une interview.
Midi : Votre réaction concernant la plainte de Mamy Ravatomanga

 Lalatiana Rakotondrazafy : « Nous le disons haut et fort, il s’agit juste d’une stratégie du régime transitoire en place pour nous clouer le bec. Je connais très bien la personnalité du président Andry Rajoelina qui n’ose pas nous faire face et envoie quelqu’un d’autre à sa place. La preuve, pourquoi la plainte contre nous n’a-t-elle été déposée qu’au lendemain de la fameuse lettre de mise en demeure nous enjoignant de revenir à la grille de programmes de la défunte Techimad Radio, alors que les faits diffamatoires à nous reprocher auraient été commis depuis janvier 2012 ? Free Fm gêne le régime parce que nous dénonçons les abus, injustices et autres pratiques malsaines perpétrées par les dirigeants. Pour nous, c’est un régime qui ne supporte guère la liberté d’expression et la démocratie pour lesquelles nous nous sommes pourtant battus au péril de nos vies en 2009. En tout cas, nous sommes prêts à faire face à tous les moyens déployés par le régime pour y arriver, tribunal, décisions administratives, intimidations, insultes et allégations calomnieuses en tous genres sur la radio du président. C’est incroyable d’ailleurs que l’on déploie tout l’appareil d’Etat pour museler deux petits journalistes qu’on traite de tous les maux. Nous ne nous laisserons pas faire et nous nous battrons jusqu’au bout ».

Midi : Pourquoi aviez-vous quitté Viva ?

 Lalatiana. : « Avec Fidèle, j’ai été remerciée par Andry Rajoelina parce qu’il ne supportait plus la ligne éditoriale que nous avions adoptée dans l’émission « Anao ny fitenenana » programmée à l’époque sur Viva. Vous savez que même sur Viva, nous n’avions jamais cessé de dénoncer les dérives et autres malversations des dirigeants de la transition. Le président nous avait carrément adressé une lettre, à moi et à Fidèle, nous demandant de « ne pas critiquer les ministres du premier gouvernement Vital ainsi que ceux qui entraient dans le gouvernement d’union nationale ». Nous n’étions pas d’accord car nous avons toujours convenu avec lui que l’émission devrait avoir sa liberté, et nous avions eu de vives discussions avec lui au Palais d’Iavoloha qui se sont terminées par sa décision d’arrêter l’émission sur Viva. Nous n’avions émis aucune objection, et nous avions arrêté. De toutes les façons, je ne pense pas que nous aurions pu continuer plus longtemps vu la tournure des choses peu de temps après. Les affaires douteuses des ministres du deuxième gouvernement Vital faisaient régulièrement scandale, nous n’aurions jamais accepté de nous taire devant cela et nous n’aurions pu continuer à travailler sur la radio du président dans ces conditions, à moins de vendre carrément nos âmes ».

 Midi : Qui est derrière Free FM ? On dit que vous êtes soutenus par des politiciens.

 Lalatiana : « On dit beaucoup de choses. On nous accuse même d’avoir reçu une grosse somme d’argent de Marc Ravalomanana, c’est mal nous connaître. Je le dis haut et fort, jamais au grand jamais je n’accepterai de toucher de l’argent de sa part parce que je suis profondément opposée à ce qu’il revienne au pouvoir car il a mené ce pays à la dérive pendant sept ans. Je pense honnêtement que ce n’est pas bon pour les Malgaches de le voir revenir à la barre. Qui est derrière nous ? Il y a juste Fidèle et moi et quelques amis proches ainsi que nos convictions, mais ce sont nos auditeurs, les citoyens qui partagent la cause que nous défendons qui sont derrière nous, et croyez-moi, ils sont nombreux ».

 Midi : Envisagez-vous de renverser carrément Andry Rajoelina du pouvoir ?

 Lalatiana : « Nous avons des revendications claires depuis le début, à savoir, non aux entraves à la liberté de la presse, non aux restrictions contre la démocratie, nous réclamons seulement que Andry Rajoelina respecte la liberté et la démocratie qu’il avait tant réclamées sur la place de la Démocratie et celle du 13 mai. Qu’on laisse Free FM faire son travail en toute liberté et qu’on accorde aux gens des régions leur droit à l’information avec l’extension de Free FM au lieu de leur imposer un seul son de cloche avec Viva. Je ne pense pas que le régime puisse être renversé en accordant la liberté aux citoyens, à moins d’être un régime faible et en fin de parcours… Voilà nos revendications, mais si c’est cela renverser le président, alors, oui, nous l’assumons ».

Midi : Maintenant que vous avez quitté le camp Rajoelina, ne pensez-vous pas que vous faites le jeu de l’opposition ?

 Lalatiana : « Nous n’avions eu de cesse de dénoncer les pratiques de ce régime, le pillage des richesses de ce pays, le népotisme, les abus, les injustices et j’en passe. Si l’opposition y trouve son compte, tant mieux pour elle. En tout cas, vous savez très bien que nous dénonçons également les actions, la versatilité, les méthodes ainsi que les dérives de l’opposition. Mais savez-vous que le régime s’affaiblit lui-même s’il ne veut pas être critiqué ? Qu’il rectifie le tir au lieu de s’en prendre à tous ceux qui osent dénoncer son mode de gouvernance. De l’autre côté, l’opposition est faible à Madagascar, si elle était forte et crédible, il y aurait eu un contre-pouvoir. Maintenant, c’est nous, en tant que journalistes citoyens, qui faisons ce travail de garde-fou, de veille et de balises ».

 Midi : Vous donnez l’impression de faire des « ampamoaka » sur la HAT en faisant des révélations pour ne citer que celle relative aux 4 x 4.

 Lalatiana : « Nous faisons régulièrement des « ampamoaka » à l’antenne. Dossiers à l’appui, fruits de nos investigations. Vous savez, les gens en ont tellement assez de ce régime de transition, même ceux qui se trouvent en son sein, que ce sont eux-mêmes qui nous livrent des dossiers compromettants, ou nous mettent sur la piste des affaires douteuses à creuser. Pour les 4x4, nous en avions effectivement parlé sur notre radio. Quelques hauts responsables et d’anciens ministres de la transition en ont reçus».

Midi : Est-ce que vous allez mettre à exécution votre projet de descendre sur la place de la Démocratie si le ministère de la Communication ferme Free FM ?

Lalatiana : « Nous ne ferions qu’appliquer strictement la leçon bien apprise de Andry Rajoelina et de Rahajason Harry Laurent eux-mêmes s’ils s’aventuraient vraiment à fermer Free FM. On avait fermé la TV Viva à l’époque, et on était descendu à Ambohijatovo d’abord, réclamant entre autres la démission du ministre de la Communication de l’époque et la réouverture immédiate de la TV Viva en scandant le respect de la liberté et de la démocratie. Et en faisant de grosses révélations sur les affaires du pouvoir de l’époque. Le régime Ravalomanana ne voulait rien entendre et on était descendu sur la Place du 13 mai. Eh bien, nous allons refaire exactement la même chose, que le régime en place ne vienne pas nous dire que c’est un coup d’Etat ou que c’est interdit parce que c’est illégal, car il s’accuserait lui-même d’avoir versé dans l’illégalité à l’époque. Je m’interroge d’ailleurs si Andry Rajoelina oserait utiliser la force contre nous comme Ravalomanana l’avait fait à l’époque, chose qu’il avait dénoncée et condamnée jusqu’au bout.

 Midi : Où en sont vos relations avec le ministre Harry Rahajason ?

 Lalatiana : « Fidèle Razara Pierre avait dit il y a quelque temps à la radio que nous ne souhaitons plus avoir de contacts avec le ministre tant qu’il est à sa place même si nous étions des grands amis auparavant parce que nous ne pouvons tolérer l’hypocrisie. Les démarches de ce ministre depuis qu’il occupe ce poste nous font conclure malheureusement que le pouvoir change les hommes, jamais je n’aurais cru qu’il puisse agir comme il le fait actuellement, hélas je me suis lourdement trompée. Vous savez que ce ministre nous avait raconté que peu de temps après l’ouverture de Free FM, il y avait une réunion au bureau du SGP où les gens du régime cherchaient déjà les moyens de nous faire taire, et bien il nous avait assuré qu’il prenait la défense de la radio parce qu’elle est parfaitement légale, et qu’il démissionnerait de son poste si on lui demandait un jour de fermer la radio. Eh bien, maintenant, un an après la première émission sur les ondes de Free FM, il trouve que la radio n’est pas en situation légale et rédige lui-même la lettre nous menaçant de fermeture ».

Midi : Où en êtes-vous avec l’extension de Free FM ?

 Lalatiana : « Là encore, il s’agit d’un deux poids deux mesures flagrant. Le ministère nous a refusé notre demande d’extension dans huit régions, alors qu’il avait bien accepté que Viva puisse s’étendre partout en provinces. J’ai moi-même personnellement effectué les procédures ayant permis ces extensions de Viva alors que je travaillais encore là-bas. Eh bien, là encore nous appliquerons la leçon, dans les régions, on avait d’abord implanté Viva avant de régulariser les autorisations d’extension auprès du ministère, nous allons donc implanter Free FM dans les huit régions que nous avons énoncées dans notre demande et nous procéderons par la suite à la régularisation. Si le régime nous en empêchait, il faut donc empêcher Viva d’émettre aussi dans les régions, surtout que la fameuse décision du ministère prétendue suspendant l’autorisation d’extension des stations audiovisuelles dans les régions n’est ni plus ni moins qu’un abus et un détournement de pouvoir, elle aurait été prise en janvier 2012 suite à un conseil des ministres de juin 2010, donc, seulement un peu moins de deux ans après. Entretemps, je me souviens très bien que l’extension de Viva a été régularisée bien après juin 2010. Bref, Rajoelina, encore une fois, avait répété exactement ce qu’il avait reproché à Ravalomanana sur le cas de la MBS de l’époque. C’est inadmissible. Et dire que c’est Lalatiana et Fidèle qu’on accuse d’avoir trahi le « tolona » de 2009 ».

Tuesday, April 24, 2012

Meurtre à Tuléar : Gerald Fontaine tué avec une arme tranchante

Mardi, 24 Avril 2012
Les quatre suspects arrêtés après la découverte du corps de la jeune Française ont été déférés, hier au tribunal de Tuléar. Ces quatre personnes ont toujours clamé leur innocence.
 Les résultats de l’autopsie pratiquée sur le corps du Français Gerald Fontaine a permis de conclure que ce dernier avait été blessé avec une arme tranchante. Selon les sources auprès des autorités locales, les blessures ont engendré un polytraumatisme violent qui avait entrainé la mort.

 Le corps sans vie de cet homme a été découvert vendredi dernier à Manombo, soit sept jours après sa disparition et cinq jours après la découverte du corps sans vie de sa femme sur la plage d’Andaboy, au nord de Tuléar. Sa compagne Johanna Delahaye âgée de 31 ans a été sauvagement tuée et retrouvée le 15 avril.

Depuis, une recherche a été entamée par les forces de l’ordre pour retrouver son compagnon. Après la localisation du corps, selon les mêmes sources, une villageoise a avoué avoir vu le corps dès lundi dernier, 24 heures après la découverte de celui de la compagne de Gérald Fontaine. Elle a précisé avoir vu des cheveux longs, ce qui correspond à la description de Gérald, mais elle a préféré garder le silence par peur d’être interrogée.

 Ce sont des membres du fokonolona de la localité de Manombo, quelques jours après, qui ont alerté les éléments de la gendarmerie de la présence d’un corps d’un étranger dans une mangrove. Ce n’est que samedi, après le déplacement des responsables dans le nord de la capitale du Sud-Ouest, qu’on a pu l’identifier. Des amis du défunt, habitant Tuléar étaient également venus reconnaître le corps. Pour le moment on ne connaît pas encore le mobile de ces deux crimes odieux.

Monday, April 23, 2012

Découverte macabre à Toliara - Le corps de Gérald Fontaine, confirmé

Lundi, 23 Avril 2012 Une récente source émanant de la Police nationale vient de confirmer que le corps découvert vendredi soir dernier à Manombo à quelques kilomètres de Toliara, appartenait bel et bien à Gérald Fontane, le compagnon de la défunte Johanna Delahaye. Concernant toujours la récente découverte macabre, le corps de Gérald Fontaine portait des traces de blessures sur le dos, preuves d’un assassinat, amenant ainsi les enquêteurs malgaches à conclure qu’il s’agit d’un double-meurtre. Pour le moment on est encore, dans l’attente des résultats de l’autopsie sur le corps de la victime. Cela enlève donc tout soupçon sur Gérald Fontaine quant à la mort de sa compagne récemment retrouvée également morte assassinée sur la plage de la Batterie. Racket ou règlement de compte D’après la même source, c’est une habitante de Manombo qui a affirmé avoir vu le cadavre. La femme a affirmé en outre ne pas craindre d’être soupçonnée. Pour la police, ce double-meurtre peut être lié à une affaire de racket ou à celui d’un règlement de compte. Mais sans doute du racket, car une source émanant de la presse française qui a rapporté les explications de la police, a indiqué que « Gérald Fontaine aurait été vu jeudi, en fin de journée, dans le centre ville de Tuléar sur un quad. Seul, il aurait retiré de l'argent. On peut imaginer le paiement d'une rançon puis une affaire qui tourne mal », affirme ce même policier qui souhaite garder l'anonymat. Dans le même temps, les policiers ont confirmé qu'un suspect, défavorablement connu, était dans leur ligne de mire mais qu'ils ne disposaient pas suffisamment d'éléments pour le faire entendre. A noter que le couple français a disparu depuis le 12 avril dernier alors qu’il se promenait en quad sur la plage de la Batterie.

L'Airbus d'Air Madagasacar a encore fait des siennes

Des dossiers compromettants sur Andry Rajoelina

Lundi, 23 Avril 2012 La guerre des ondes entre Lalatiana Rakotondrazafy et Fidel Razanapiera de Free FM d’une part et de Maurice Tsihavonana et Pierre Houlder de Viva d’autre part, fait rage. Ces deux derniers précisons-le sont des farouches défenseurs du PHAT Andry Rajoeilina, alors que les deux premiers étaient des anciens proches et compagnons de lutte de l’homme fort de la Révolution Orange mais qui ont été éjectés du navire HAT. Mais cette guerre verbale a le mérite d’être révélatrice de certaines vérités qui peuvent compromettre les hauts dirigeants de la transition. A entendre, en tout cas, ces confrères, il y a des dossiers compromettant contre le Président de facto. D’après Free FM, même l’ancien journaliste Rolly Mercia, et non moins actuel ministre de la Communication Harry Laurent Rahajason, aurait déclaré, lors d’une mission qu’ils avaient effectuée ensemble à Dubaï qu’il disposait également de dossiers sur Andry Rajoelina. Toutes ces insinuations confirment en tout cas l’existence de beaucoup de zones d’ombre sur la gestion de la transition. Outre les affaires de bois de rose, les politiciens, plus particulièrement les opposants, pour ne citer que le professeur Zafy Albert, ne manquent pas les occasions pour dénoncer les faveurs accordées aux opérateurs proches du régime transitoire. D’après les analystes, ce phénomène trouve en partie son origine dans la trop forte concentration des pouvoirs en faveur d’un Président non élu. La Banque Mondiale partage d’ailleurs cette opinion dans ce qu’elle appelle une trop forte prédominance de la Présidence. L’attention prêtée au besoin d’avoir des institutions autonomes fortes, une réglementation transparente et un équilibre des pouvoirs pour confronter la prédominance écrasante de la Présidence n’a pas été suffisante » indique notamment la Banque Mondiale dans sa note de stratégie intérimaire. Une prédominance écrasante qui est la source de toutes les dérives.

Saturday, April 21, 2012

Affaire Johanna Delahaye : Le corps d’un Vazaha retrouvé à 50 km de Tuléar

Samedi, 21 Avril 2012 L’identification du corps confirmera s’il s’agit bien du disparu.
Hier, vers 17 heures, les responsables de la police de la ville de Tuléar ont reçu une information faisant état de la découverte, par des membres du fokonolona qui ont alerté les éléments de la gendarmerie, du corps d’un étranger dans une mangrove à Manomba environ à 50 kilomètres au nord du centre ville sur le bord de la mer. Joint par téléphone, le directeur provincial de la police nationale a confirmé la nouvelle tout en précisant que le corps en question est en état de décomposition avancée. S’agit-il du disparu Gerald Fontaine ? Et le responsable d’indiquer qu’il est encore prématuré de l’affirmer. En effet, selon toujours ce responsable, une équipe des limiers se rendront sur place ce jour pour une identification. Apportant une précision, il est fort possible, a-t-il avancé, qu’il s’agit bel et bien du corps de Gerald Fontaine. Ces derniers temps, aucune disparition d’étrangers n’a été signalée dans la circonscription, a-t-il confirmé. Cette affaire remontait il y a tout juste une semaine après la découverte du corps sans vie et mutilé de Johanna Delahaye, une Française de 31 ans, enceinte de 2 mois sur une plage isolée à quelques kilomètres de Tuléar. Un meurtre que les éléments de la police essaient d’y voir claire tellement les soupçons allaient jusqu’à dire que le compagnon de la défunte serait le premier coupable. Aux allures où évoluent les chose, il est maintenant hors de cause. Marche blanche. Suite à cette affaire, environ 400 personnes ont participé jeudi après-midi à Wimereux (Pas-de-Calais) France, à une marche blanche en hommage à Johanna Delahaye cette jeune Française retrouvée morte sur une plage de Madagascar. Le cortège, composé de membres de la famille du couple, d'amis et de connaissances, mais aussi d'élus, a défilé en silence pendant une demi-heure environ dans les deux rues commerçantes de cette station balnéaire de 7 500 habitants, où le compagnon de la jeune femme avait tenu un bar avant de s'installer à Madagascar.

Hold-up dans les banques malgaches : 1,220 milliard Ar dérobés depuis la crise

Samedi, 21 Avril 2012 « L’insécurité à Madagascar n’a pas encore dépassé le seuil de l’intolérable », avait déclaré un haut gradé de la Gendarmerie nationale, très bien connu du public. Une déclaration qui n’est apparemment pas conforme à la réalité, surtout depuis la crise de 2009 où les actes de banditisme ont pris une proportion inquiétante. Dans le domaine bancaire par exemple, les hold-up se sont multipliés, selon les chiffres communiqués hier par Vololona Rakotondralambo de l’Association Professionnelle des Banques (APB). Au total 1,220 milliard Ar ont été dérobés au cours d’attaques à main armée dans les banques depuis la crise. En tout, 7 attaques depuis 2009 jusqu’en 2012. Les banques exercent leurs activités dans un contexte de crise », selon Vololona Rakotondralambo. Un contexte de crise qui provoque évidemment le traumatisme chez les agents et les cadres des banques dont certains ont été injustement soupçonnés d’être mêlés dans ces attaques. En tout cas, ce climat d’insécurité caractéristique à la transition dirigée par Andry Rajoelina figure parmi les éléments de blocage du développement économique cités hier par le Groupement des Entreprises de Madagascar (GEM), lors d’une conférence de presse (voir article par ailleurs) tenue hier à son siège. Le secteur du tourisme figure également parmi les activités économiques qui font les frais de l’insécurité grandissante. Le cas récent de la Française sauvagement assassinée à Toliara figure parmi les phénomènes qui risquent de porter un coup fatal au tourisme, l’unique secteur économique qui a commencé à connaître une relance ces dernières années. Décidément, l’actuelle transition n’apporte au pays que ruines et destruction. Trois ans après le coup d’Etat de 2009 orchestré par Andry Rajoelina, le pays continue de s’enfoncer dans le gouffre de la pauvreté. « La crise politique dans laquelle le pays est plongé depuis plus de 3 ans a eu des impacts socio-économiques négatifs sur lesquels le secteur privé a attiré l’attention à plusieurs reprises », a déclaré le Groupement des Entreprises de Madagascar (GEM) hier lors d’une conférence de presse, où ce groupement patronal a également invité les partenaires techniques et financiers afin que ces derniers puissent attendre des solutions du GEM sur la situation actuelle à Madagascar. Tableau très sombre. Sur le plan économique, le GEM dresse un tableau très sombre de la transition. Un taux de croissance de -3,7% en 2009, 0,6% en 2010 et une prévision de 2,8% en 2011 ; un taux d’investissement très faible de 25,4% en 2011 et surtout, 360.000 emplois perdus depuis le début de la crise. Une crise qui met le pays à genoux puisque l’industrie, par exemple, ne tourne plus qu’entre 35 et 60% de ses capacités de production, avec 10.000 emplois perdus. Même topo pour les BTP qui ont perdu 60% de leurs chiffres d’affaires et qui ont également vu la disparition de 10.000 emplois. Par ailleurs, le secteur de la pêche et de l’aquaculture a connu une chute de production de 50%. Seul le tourisme a connu une nette reprise, mais l’élan risque d’être freiné par la recrudescence de l’insécurité dans les sites touristiques et la fragilité d’Air Madagascar. Prise de responsabilité. Selon le GEM, la principale cause de ce déclin économique sans précédent est l’absence de visibilité politique et économique. « L’absence de visibilité sur le retour à la normalité freine considérablement l’investissement direct étranger dont le pays a besoin pour la relance de l’économie », dénonce le GEM qui estime, par ailleurs que « les tergiversations induites par une situation précaire nuisent à la bonne gouvernance et bloquent le développement des nouveaux projets ». Face à une telle situation, le GEM demande la prise de responsabilité des dirigeants afin de mettre un terme à la crise. A défaut, ce groupement prendra des mesures dont le premier sera le retrait des représentants du secteur privé dans le conseil d’administration de certains organismes publics. Une affaire à suivre.

Vaincre sa timidité

La timidité est un trouble bénin que beaucoup apprennent à surmonter naturellement. Mais quand elle finit par nous empoisonner la vie, qu’elle provoque des souffrances sur le plan physique et émotionnel, la timidité devient un problème de santé qu’il faut soigner, avant qu’elle ne mène à l’isolement ou à la dépression… Chacun, dans sa vie, doit affronter des situations particulièrement intimidantes (passer un examen, prendre la parole en public, engager la conversation avec des inconnus…). Généralement, le temps et l’expérience finissent par faire disparaître cette gêne. Mais quand elle devient chronique et généralisée, la timidité est plus difficile à gérer. Les origines lointaines de la timidité Il existe, sans doute, autant de timidités qu’il existe de timides. Il faut bien souvent remonter à l’enfance pour en trouver la source. Un enfant qui a grandi dans un contexte familial trop protégé, s’est senti étouffé ou exclu dans un environnement adulte, ou encore un enfant en manque d’affection ou de compréhension, qui a subi des conflits familiaux. Bref, un individu fragilisé émotionnellement sera plus particulièrement enclin à souffrir de la timidité au cours de sa vie. Bien sûr, échec scolaire ou déménagements intempestifs n’arrangent en rien les choses. Des manifestations diverses et gênantes Généralement, la timidité se traduit par une attitude craintive, une gêne excessive et un manque d’assurance dans le comportement face à autrui. Mais elle peut aussi se cacher derrière un comportement agressif qui dénote tout simplement une absence de confiance en soi. Ses manifestations sont à la fois physiologiques et psychologiques. Une transpiration excessive, une sensation d’étouffement, des rougeurs ou, au contraire, une pâleur du visage, un bégaiement, une altération de la voix qui devient inaudible ou inintelligible ; une raideur musculaire qui entraîne des gestes maladroits, des tremblements sont les manifestations physiologiques les plus rencontrées chez les timides. Sur le plan psychologique, le timide se sent paralysé, incapable de la moindre réaction, focalisé sur l’objet de sa peur : autrui. Il n’arrive pas à envisager la relation avec l’autre autrement que sous le rapport dominant-dominé. Il fuit le contact, se dévalorise. Dans les cas extrêmes, il imagine qu’on lui “veut du mal” à lui qui ne demande rien à personne et n’intéresse personne… Le traitement de la timidité Le traitement essentiel de la timidité est probablement celui de la thérapie comportementale qui aide le timide à dépister complexes, blessures morales et frustrations. Adaptée à tous les âges, cette thérapie très efficace permet d’affronter progressivement les situations redoutées. Elle s’effectue dans un rapport interactif avec le thérapeute. L’accent est mis sur les causes actuelles du comportement qui pose problème, plutôt que sur les causes inconscientes. Du point de vue médicamenteux, il n’existe pas de traitement spécifique pour lutter contre la timidité, même si certains contribuent à atténuer ponctuellement les manifestations de la timidité. Efficace, la pratique d’une activité sportive se montre un moyen d’intégration à un groupe, d’échanges et de convivialité, qui permet de lutter contre l’isolement. Chez l’enfant, le comportement des parents est important. Ils doivent encourager et stimuler leur enfant dès qu’il perd un peu de confiance en lui, dans la vie scolaire ou dans la vie relationnelle. Poser un regard bienveillant sur soi-même La timidité n’est pas nécessairement un frein à l’expression d’une personnalité. De nombreux comédiens, chanteurs ou personnalités publiques l’ont prouvé en apparaissant sur scène pour mieux surmonter une timidité qui les angoissait. Certes, parler, s’exprimer sans retenue ni complexes, c’est prendre le risque d’être remis en question, désapprouvé, se montrer tel qu’on est, avec ses faiblesses. Mais c’est aussi échanger et s’enrichir au contact de l’autre : être reconnu comme une personnalité à part entière.

Friday, April 20, 2012


TVM 19 avril 2012 - http://www.anio-info.com par anio-info

Lalatiana Rakotondrazafy et Fidèle Razarapiera: Menace de descente dans la rue

La guerre est ouverte entre le ministre de la Communication et les deux animateurs de l’émission « Anao Fitenenana » (A vous la parole) sur l’antenne de Free FM. Lalatiana Rakotondrazafy et Fidèle Razarapiera ont lancé hier,dans leur local à Ankorondrano, le défi que si le ministère de la Communication mettait à exécution la fermeture de leur station la semaine prochaine, ils s’y opposeraient de toutes leur forces... Lalatiana Rakotondrazafy est allé jusqu’à évoquer une descente dans la rue ou à rejoindre la « Place de la Démocratie » à Ambohijatovo pour contraindre le régime en place à se plier … . Lalatiana Rakotondrazafy a affirmé au cours de sa conférence de presse que les arguments avancés par le ministère ne sont pas fondés. L’animatrice de l’émission assez critique vis-à-vis du régime de Transition a souligné que, en changeant de propriétaire et en changeant de raison sociale, Free FM n’est plus tenu de respecter la grille de programmation de TechniMad Radio et il est libre de présenter une nouvelle grille … . Avec l’appui de plus de 4 000 membres du club des auditeurs et de l’association Tanora Free, les leaders de Free FM comptent faire pression sur l’administration publique. Un comité de suivi est en ce moment mis en place pour examiner les conduites à tenir face à l’injonction du ministère de tutelle, a indiqué Lalatiana Rakotondrazafy. Concernant toujours cette menace de contestation, Lalatiana Rakotondrazafy, à la fois directrice de publication et animatrice de l’émission « Anao Fitenenana », a souligné qu’un mouvement est toujours programmé à partir du 13 mai prochain. Et ce, dans le cadre de la demande d’une extension de la radio dans des régions de la Grande Ile ainsi que l’éventuelle réouverture de la radio. Un guerre s’ouvre actuellement entre le régime de Transition et Lalatiana et Fidèle à la grande joie des partisans de Marc Ravalomanana. De son côté, le ministre Harry Laurent Rahajason soutient sa position en se référant à la loi sur la communication audiovisuelle concernant le respect de la grille de programmation. Le ministre affirme que le programme offert par Free FM, très critique vis-à-vis du régime transitoire, pour ses auditeurs devraient respecter la grille de programmation initiale (à la création de la radio). Ce différend entre le ministère de la Communication et les animateurs de l’émission « Anao Fitenenana » pourrait s’inviter à la célébration de la Journée mondiale de la liberté de presse.

madagascar: La grève des enseignants se durcit…

La grève généralisée des enseignants regroupés au sein du SEMPAMA (Sendikan’ny Mpampianatra Mpanabe eto Madagasikara) gagne de l’ampleur. Une situation qui risque de provoquer une inquiétude grandissante chez les parents d’élèves, à quelques mois des examens officiels. Risque d’une année blanche pour cette année scolaire 2011-2012 si aucune entente entre l’Etat et les enseignants n’est trouvée, a-t-on appris de source auprès du SEMPAMA (Sendikan’ny mpampianatra mpanabe eto Madagasikara). Ayant entamé depuis des mois la suspension des activités pédagogiques, le syndicat menace, actuellement, de bloquer les examens officiels jusqu’à l’obtention de réponse favorable à ses revendications, a fait savoir Claude Raharovoatra, Secrétaire Général du SEMPAMA, joint au téléphone. Appuyé depuis le début par les enseignants issus des régions, le mouvement gagne de l’ampleur. Ceci est justifiée par l’arrivée, ce jour, d’une délégation d’enseignants issus des communes d’Arivonimamo et d’Imerintsiatosika ou encore des représentants de la région Vakinankatra, a-t-il annoncé. Un grand meeting national se tiendra ainsi, ce jour, devant le bureau du ministère de l’Education nationale à Anosy, a-t-il rapporté. Cette manifestation consistera à réclamer une réunion des dirigeants du ministère de tutelle et des représentants du SEMPAMA, ont indiqué les enseignants grévistes. Grève de solidarité du lycée LMA Par ailleurs, les enseignants du Lycée Moderne d’Ampefiloha ont également observé une grève depuis hier pour appuyer le mouvement de contestation de leurs confrères du SEMPAMA. Banderole placardée sur le portail principal du lycée moderne Ampefiloha, sur laquelle sont tracés les termes «LMA en grève» et suspension des activités pédagogiques, ont caractérisé la première journée de grève, a rapporté Ronald Razafindratsira, porte-parole des enseignants de ce lycée public. «Une meilleure considération des enseignants et éducateurs s’impose afin de garantir une meilleure éducation aux futures générations», a-t-il martelé. Les revendications du syndicat concernent l’augmentation des diverses indemnités des enseignants de manière à se conformer aux réalités actuelles, le recrutement direct des maîtres FRAM et l’augmentation de leurs subventions, ou encore la réouverture de l’Ecole Normale de Niveau I et de Niveau II, ont rappelé les enseignants. … les transporteurs vont également s’y mettre Grève d’avertissement de 24 heures des coopératives de transport en commun de la ville d’Antananarivo regroupées au sein de l’Union des Coopératives des Transporteurs Urbains (UCTU), ce mercredi 25 avril prochain. Il s’agit d’une résolution adoptée, hier, en assemblée générale des transporteurs, a annoncé Moise Andriaherivelo, président de l’UCTU, lors d’un entretien avec la presse à Ambodivona. Cette manifestation consiste, pour l’UCTU, à réclamer, pour la énième fois, une rencontre avec le ministère des Transports, l’association des consommateurs et les transporteurs en vue d’une solution commune à la hausse récurrente des prix des carburants, a-t-il martelé. Une hausse du tarif du ticket des transports urbains n’est pas à écarter si aucune disposition d’appui aux transporteurs en activité n’est adoptée par le ministère de tutelle, ont indiqué, pour leur part, les transporteurs. Le tarif des transports urbains n’a pas été révisé depuis 8 années consécutives, si le litre du gas-oil est passé de 1.280 Ariary en 2004 à 2.680 Ariary aujourd’hui, ont-ils réitéré. Comme il s’agit d’un service public, le tarif unique du billet de transport, est maintenu à 300 Ariary jusqu’à nouvel ordre, ont rassuré les transporteurs de l’UCTU.

Madagascar: Que des faits divers...

Dans la gouvernance de cette Transition, il y a quelque part deux poids, deux mesures. Si beaucoup ont, par exemple, compris le limogeage de Joseph Randriamiarisoa en tant que ministre de l’Environnement (affaire bois de rose), le maintient à son poste de son ex-collègue gouvernement, la ministre Daniella Randriafeno (exportation d’or), scandalise plus d’un. Cette dernière, en effet, s’est réjouie d’avoir autorisé l’exportation d’une centaine de kilos d’or, en n’exigeant aux expéditeurs concernés que 2 % (deux) de taxes… Il est flagrant qu’il y eut magouille à propos de cet or. A ce sujet d’ailleurs, hier lors du conseil des ministres, le Président de la Transition, Andry Rajoelina a déclaré qu’il n’est « pas du tout d’accord à ce que cette richesse nationale soit exportée en l’état actuel des choses, c’est – à – dire avec les textes actuels. Il a indiqué que, l’or étant une richesse nationale, le devoir incombe à l’Etat de protéger son exploitation. En tout cas, il déclaré que, en attendant la reformulation totale des textes actuels pour que l’exportation d’or apporte le maximum de plus value au pays, la Banque centrale seule est habilitée à acheter de l’or et, le cas échéant, à procéder à son exportation par voie d’appel d’offres international, avec toute la transparence requise en la matière. » Toujours à l’occasion de ce conseil des ministres, au cours duquel le chef du gouvernement a voulu absolument défendre Mme Randriafeno, il a déclaré : « La communauté internationale a toujours incriminé Madagascar de n’avoir pas observé les textes en vigueur et qu’il faut ainsi à l’Etat de se plier à cette exigence de la communauté internationale pour ne pas mettre en péril le déblocage des financements internationaux divers ». Est-ce à dire que la Banque mondiale, l’Union européenne, le FMI, etc., incitent Madagascar à faire des trafics ? Réponse du berger à la bergère : le Président de la Transition a répliqué que « la question n’est pas d’observer ou pas les textes en vigueur mais de protéger la richesse nationale pour que celle – ci, à l’exportation, apporte le maximum de plus value à la nation. » Quoi qu’il en soit, on ne comprend pas pourquoi la ministre des Mines n’a pas encore été sanctionnée ni limogée ? Ce débat politique, par les temps qui courent, est réduit à un banal fait divers… Parallèlement à ces trafics, on ne comprend pas également le zèle -ô combien justifiée - effectué par les forces de sécurité concernant le meurtre d’une Française à Tuléar. Loin de nous l’idée de minimiser cet odieux assassinat, cependant la police devrait aussi déployer autant d’ardeur sur les faits divers sanglants qui frappent régulièrement nos villes et nos villages... Toujours dans la même foulée, l’ambassade de France à Antananarivo devrait aussi réagir durement à propos des ressortissants français, victimes de kidnapping, notamment les Indopakistanais.

Armée malagasy:Rencontre de 16 sous-offs du COSOFAM

Vendredi, 20 Avril 2012 00:00 De sources concordantes, une délégation du COSOFAM dirigée par un Adjudant Major et un Adjudant a déposé une demande d’autorisation auprès de l’Etat-Major à Andohalo mercredi dernier. Et ce, bien que leur statut interdise les droits de grève pour les militaires. La question est de savoir si les sous-officiers ont pris en considération cette disposition avant de procéder à cette démarche ou bien prévoient-ils tout simplement de transgresser le statut ? D’autant plus que si les chefs militaires vont céder à cette « pression », la décision pourrait faire jurisprudence. En tout cas, une partie des sous-officiers, encore insatisfaits de l’accord trouvé avec le président Andry Rajoelina à propos des retenues sur salaires, entend poursuivre le mouvement jusqu’à l’obtention d’une réponse satisfaisante. Dans ce sens, des rumeurs de mutinerie ont circulé depuis quelques temps. A l’exemple de celle qui a été déjouée au Commandement des Forces de Développement sur la route digue le 11 avril dernier. Par ailleurs, des réunions secrètes se sont succédées ces derniers temps. Avant-hier, 16 sous-officiers membres du COSOFAM se sont rencontrés du côté d’Amboanjobe. Aucune information sur les tenants et aboutissants de cette réunion n’a été divulguée. L’on attend donc la réaction de l’Etat-major face à la demande d’autorisation déposée avant-hier par le COSOFAM.

Armée malagasy: 4 hélicoptères achetés, toujours inexploités

Ces hélicos Alouette prévus être utilisés pour la lutte contre l’insécurité sont toujours à la Base Aéronavale d’Ivato. Les quatre hélicoptères que la Transition a acheté en Belgique en fin 2009 ne sont toujours pas utilisés comme prévu. Notons que ces hélicos ont été offerts aux forces de l’ordre à la Base Aéronavale d’Ivato, le 27 mars 2010, pour renforcer la lutte contre le vol de zébus et l’insécurité dans les zones éloignées. Avant cela, le président de la Transition, Andry Rajoelina a martelé qu’il fallait renforcer la sécurité et appuyer les Forces armées. « Il est temps d’examiner le problème fondamental de l’armée... Vos salaires et vos avantages divers seront revus avant la célébration de la fête nationale du 26 juin... Nous souhaitons célébrer la fête de l’Indépendance et le 50e anniversaire de l’armée malagasy avec des matériels neufs... », a-t-il noté dans son discours officiel, lors de l’assise nationale des Forces armées au Centre de Conférence International d’Ivato, le 27 mai 2009. Coûteux. En effet, ces hélicoptères Alouette ont fait la joie des Forces armées, lors de célébration du 50e anniversaire des Forces armées malagasy. Néanmoins, il faut croire que ces matériels ont été coûteux pour les malagasy, car achetés à une valeur de 480.000 Euros, leur utilisation n’est pas encore visible jusqu’ici. Mais la question se pose encore si l’achat de ces hélicos a été financé par l’argent du peuple, ou par les étrangers s’entendant à merveille avec les autorités de la Transition. Contraintes. Malgré l’achat de ces 4 hélicos, l’insécurité s’est de plus en plus aggravée dans la Grande Ile. En effet, l’utilisation de ces moyens, présumés nécessaires, est confrontée à des difficultés ambiguës. Serait-ce des problèmes techniques comme ceux de l’AirBus d’Air Madagascar, mais qui, à la différence de celui ci, n’ont pas pu être réglés ? Serait-ce des problèmes de pilotes, ou tout simplement des problèmes de carburant ? Les représentants des Forces de l’ordre à qui, nous avons posé ces questions n’ont pas voulu donner de réponses. Par contre, ils ont affirmé que ces quatre hélicoptères Allouette sont toujours à la Base Aéronavale d’Ivato, jusqu’à aujourd’hui. Par ailleurs, il fut un temps où les opposants du régime actuel parlaient d’une acquisition de moyens pour les prochaines propagandes. Une affirmation qui reste encore à vérifier...

Wednesday, April 18, 2012

Ivato: L’Airbus d’AirMad tombe en panne avant son décollage

Mercredi 18 avril 2012



Un des réacteurs de l’Airbus « Elatra », à peine acquis il y a une semaine par la compagnie nationale Air Madagascar, a connu une défaillance hier, à l’aéroport d’Ivato, avant son décollage à destination de Marseille, a-t-on appris de source aéroportuaire.
Cette panne technique a été constatée quelques minutes avant l’heure de décollage prévu à 21 heures 50, nous a-t-on rapporté. Le vol a été finalement annulé vers 22 heures 30, hier.
Un passager du vol a rapporté que les bagages ont été débarqués quelques minutes plus tard.
La reprise de ce vol n’a pu être communiquée, pour l’instant, vu que les pièces de rechanges ne devraient arriver à Madagascar que ce jour, nous a-t-on confié.
Les passagers étrangers, en transit à Madagascar ainsi que ceux qui étaient en situation de fin de séjour, ont manifesté leur mécontentement et ont demandé plus de détails sur leur indemnisation, a-t-on appris.

Sommes-nous prêts à affronter un tsunami solaire ?

18 avril 2012

Tout comme il y a une saison des ouragans aux Caraïbes et aux Etats-Unis, il existe une saison des tempêtes solaires, associée au cycle d'activité de notre étoile, qui grimpe à un maximum tous les onze ans. Le cycle numéro 24 dans lequel nous sommes devrait atteindre son maximum en 2013 selon les prévisions des astronomes. Après trois années (2006 à 2008) de transition très calmes, l'activité solaire monte doucement mais sûrement en puissance, comme le montrent les signaux violents enregistrés au cours des derniers mois. Illustré par la photo qui ouvre ce billet, le dernier événement date du 16 avril. Il s'agit d'une éruption moyenne associée à une grosse protubérance qui finit par éclater comme une bulle de savon et expédie une partie de son contenu dans l'espace.

Cette bulle, plus grosse que la planète géante Jupiter, n'était cependant pas bien méchante. En tout cas moins que l'éjection de masse coronale (EMC) enregistrée au mois de mars, qui a expédié son contenu de particules électriquement chargées droit sur la Terre. Il arrive fréquemment que le Soleil éjecte, lors d'une EMC, plus d'un milliard de tonnes de particules, à des vitesses de plusieurs centaines voire de plusieurs milliers de kilomètres par seconde. Heureusement pour nous, le champ magnétique de notre planète nous protège en déviant en grande partie ce plasma. Mais pas complètement. La magnétosphère n'est pas étanche, les particules peuvent y pénétrer et descendre jusqu'à l'atmosphère où elles provoquent les aurores boréales et australes. Pendant l'événement de mars, la haute atmosphère a ainsi reçu pour 26 milliards de kilowattheures d'énergie, soit l'équivalent de 5 % de l'électricité consommée en France en une année entière ! Une grande partie de cette énergie a été renvoyée vers l'espace et aucun dégât n'a été à déplorer.

Ce n'est pas le cas de toutes les EMC. Ainsi, en mars 1989, trois jours après avoir quitté le Soleil, un énorme nuage de particules vient, comme un puncheur, frapper la magnétosphère terrestre. Des aurores boréales se voient jusqu'au Texas. Et, surtout, des courants électriques induits par l'orage géomagnétique font sauter les uns après les autres les systèmes de sécurité du réseau électrique au Québec, laissant quelque 6 millions de personnes sans courant pendant neuf heures en cette fin d'hiver canadien. L'addition est salée : entre les réparations du réseau électrique, les protections supplémentaires qui y sont apportées et le manque à gagner de l'économie locale, la note s'élève à 2 milliards de dollars. Corollaire de l'incident, les agences spatiales ont perdu temporairement le contact avec des centaines de satellites.

Selon les astronomes, cet événement de 1989 n'est que de la petite bière à côté d'une autre tempête solaire survenue cent trente ans plus tôt. Au début du mois de septembre 1859, des aurores qu'on n'ose plus qualifier de boréales se voient dans les Antilles et jusqu'au Venezuela. A l'époque, les réseaux électriques n'existent pas et il n'y a donc pas de risque de ce côté-là. En revanche, des courants induits parcourent joyeusement les lignes du... télégraphe, faisant jaillir des étincelles aux poteaux et envoyant des décharges électriques à des employés. Les conséquences de cette EMC, au beau milieu du XIXe siècle ont somme toute été limitées. S'il se produisait aujourd'hui, le même phénomène, exceptionnel, aurait des répercussions nettement plus dramatiques. En cent cinquante ans, des réseaux de toutes les sortes se sont construits. Non seulement un tel événement mettrait à bas bien des réseaux électriques pendant plusieurs semaines voire plusieurs mois, mais il s'attaquerait aussi aux oléoducs et aux gazoducs en accélérant leur oxydation, il détruirait probablement des satellites ainsi que de nombreux composants électroniques de divers appareils et couperait temporairement les communications radio et toute géolocalisation. Ce dernier point n'est pas négligeable car, comme l'a fait remarquer mon confrère du Monde, Yves Eudes, dans un récent article, "les systèmes GPS jouent désormais un rôle essentiel dans de nombreux secteurs d'activités : les transports terrestres, aériens et maritimes, la gestion de conteneurs, le guidage des machines agricoles, les communications électroniques et même les banques, qui se servent des signaux satellites comme d'une horloge universelle pour dater des transactions financières au centième de seconde." Un récent rapport américain estime que, pour les seuls Etats-Unis, un tel tsunami solaire pourrait coûter la bagatelle de 2 000 milliards de dollars, soit l'équivalent de vingt ouragans Katrina. Il faudrait en outre de quatre à dix ans pour tout remettre en ordre.

Pourquoi ? Parce que nous ne sommes pas prêts, explique en substance, dans un commentaire publié ce mercredi 18 avril dans Nature, Mike Hapgood, qui dirige l'unité de recherche sur l'environnement spatial au Rutherford Appleton Laboratory, un grand laboratoire de recherche britannique. Pour ce chercheur, notre dépendance au réseau électrique nous rend plus vulnérables que jamais, parce qu'il n'est pas configuré pour résister à une EMC majeure : "De nombreux systèmes électriques menacés sont conçus pour résister à des événements tels que ceux que l'on a vus au cours des 40 dernières années : il est par exemple désormais requis que les nouveaux transformateurs soient capables de résister aux conditions subies en 1989. Le tremblement de terre et le tsunami japonais de l'année dernière montrent quels dangers il y a à se préparer pour faire face seulement à des événements semblables à ceux des dernières décennies. Au lieu de cela, nous devrions nous préparer pour une tempête spatiale comme on n'en voit qu'une fois tous les mille ans."

De la même manière que, grâce au développement de la météorologie, nous organisons des alertes aux orages, aux tempêtes, aux ouragans, aux crues ou aux avalanches, il faut investir dans la météo spatiale. Cela commence, explique Mike Hapgood, par mieux connaître les risques et les phénomènes. Or, si les données satellitaires d'étude du Soleil sont de plus en plus fournies, elles ne couvrent que la période récente. Des données sur l'ionosphère existent sur 80 ans et celles sur le champ magnétique ont plus de 170 ans. Le hic, c'est qu'elles existent uniquement sur papier... Il faut donc les numériser et Mike Hapgood imagine que l'on pourrait, via le web, répartir cette tâche immense entre de nombreux bénévoles, tout comme le projet Solar Stormwatch demande aux internautes de décortiquer les films des incidents solaires pris par des satellites, en suivant des instructions simples. Autre tâche, qui incombe cette fois à 100 % aux scientifiques : mieux modéliser les EMC, pour comprendre comment elles voyagent dans le milieu interplanétaire et comment elles injectent leur énergie dans l'atmosphère. Pour Mike Hapgood, les modèles existants sont comparables à ceux de la climatologie il y a un demi-siècle. Enfin, et c'est à la fois le plus simple et le plus compliqué (parce que le plus coûteux), il faut renforcer la protection des réseaux et de leurs matériels. Tout simplement parce que notre société est devenue plus vulnérable en se rendant dépendante de ces systèmes. Leurs fragilités sont nos faiblesses.

Tuesday, April 17, 2012

Madagascar : une française tuée, son compagnon toujours porté disparu

Mardi 17 avril 2012





Une information judiciaire devrait s’ouvrir ce mardi en métropole après la mort de Johanna Delahaye à Madagascar. Cette procédure fait suite à une plainte déposée par la famille de la victime. L’hypothèse criminelle ne laisse guère de doute. Son compagnon âgé de 41 ans est toujours porté disparu.


Le meurtre d’une ressortissante française à Tuléar, dans le sud de Madagascar, a ravivé les inquiétudes des ressortissants étrangers quant à l’insécurité grandissante qui sévit depuis quelques temps dans la Grande île.


Au lendemain du drame, une réunion s’est tenue à Tuléar entre les autorités locales et la communauté française installée dans cette ville malgache. Le Consul général de France s’est également rendu sur les lieux du drame.


De son côté, la famille de Johanna Delahaye a décidé de saisir le parquet de Boulogne-sur-mer afin qu’une information judiciaire soit ouverte. Une procédure qui devrait avoir lieu ce jour, soit à Paris, soit à Boulogne, rapporte RTL.


Dans la grande île, l’enquête sur cet assassinat suit sont cours. Parallèlement, la police locale est toujours à la recherche de Gérald Fontaine, 41ans, le compagnon de Johanna qui reste jusqu’à maintenant introuvable.


Suite à la découverte du corps sans vie de la jeune trentenaire sur la plage d’Andaboy dimanche 15 avril (cf Linfo.re "Une Française tuée à Madagascar"), une autopsie a été faite mais les résultats n’ont toujours pas été communiqués.


Johanna Delahaye, 31 ans, était arrivée à Madagascar il y a neuf mois pour rejoindre son compagnon venu quelques temps auparavant pour chercher une activité. Ensemble, ils avaient racheté un restaurant à Tuléar, leur affaire tournait très bien selon un proche du couple qui ne leur connaissait pas d’ennemis ni de problèmes particuliers – la jeune femme était enceinte de deux mois.


Une alerte a été donnée le soir même aux polices locales par le personnel du restaurant, inquiet de ne pas les avoir vus rentrer de leur balade. Vendredi matin, les enquêteurs ont trouvé sur la plage des indices suspects tels qu’une manche de bâton souillée de sang, une sandale appartenant à la défunte, le quad avec lequel elle était venue avec son compagnon ainsi que les lunettes de ce dernier.


Le corps de Johanna n’a été repéré que le lendemain matin - dimanche 15 avril - , dérivant aux abords. Le courant l’aurait trainé hors de l’eau.

Projet camelot

Janvier 2008
Ce qui va suivre est la traduction d’un texte qui vient d’être publié sur le site du Projet Camelot. J’ai écrit par ailleurs à Bill Ryan et Kerry Cassidy, et cet échange d’emails est reproduit juste en-dessous :

« Nous avions de publié sur le site du Projet Camelot un hommage à Benazir Bhutto. C’est alors que nous avons reçu le texte suivant.
L’auteur n’est pas anonyme : nous avons vérifié son identité. Il nous a fait parvenir des photos où il est en compagnie du Premier Ministre de Norvège et (séparément) avec Benazir Bhutto. En attendant son accord, nous avons préféré ne pas donner davantage de détails. Si le contenu de ce message est vrai, ça nous semble vraiment très important. »

« Je suis un homme politique norvégien. Ce que j’ai à dire, c’est que nous allons connaître de grandes difficultés entre 2008 et 2012.


Le gouvernement norvégien construit de plus en plus de bases et de bunkers souterrains. Quand on leur demande ce qu’ils font, la réponse est que c’est destiné à la protection du peuple de Norvège. Lorsque je leur ai demandé quelle était la date d’achèvement des travaux, on m’a répondu : « avant 2011″.
Israël et plusieurs autres pays font de même.
Pour preuve de ce que j’avance, je vous adresse des photos où je me trouve en compagnie de tous les Premiers Ministres et les autres ministres que j’ai rencontrés et avec lesquels je suis en relation. Ils sont tous au courant de ce qui passe, mais ils ne veulent pas créer un mouvement de panique en alertant l’opinion.
La Planète X se rapproche, et la Norvège a commencé à stocker de la nourriture et des graines dans la région de Svalbard, (http://en.wikipedia.org/wiki/Svalbard_Global_Seed_Vault) ainsi que dans la zone arctique, avec l’aide des Etats-Unis et de l’Europe, et d’un peu partout en Norvège. Il n’est question que de sauver les élites au pouvoir et ceux qui pourront aider à reconstruire : les médecins, les scientifiques, etc…

En ce qui me concerne, je ais déjà que je devrai d’ici 2012 rejoindre la région de Mosjøen, où se trouve une installation militaire enterrée. L’endroit est divisé en secteurs, rouge, bleu et vert. L’armée norvégienne a déjà établi ses marquages, et il y a longtemps que les camps ont été établis.

Ceux qui seront abandonnés en surface périront sans assistance. Le plan consiste à sécuriser 2 millions de Norvégiens, le reste mourra. Ce qui signifie que 2 millions 600.000 personnes seront laissées pour compte.
Tous les secteurs sont interconnectés par des tunnels et des véhicules sur rails permettent de relier les zones de survie. D’immenses portes ont été installées pour les compartimenter, ce qui fait que les secteurs peuvent être indépendants.
Je suis très affecté. Il m’arrive de pleurer avec d’autres qui savent que nombre de personnes apprendront la nouvelle trop tard, et qu’on ne pourra plus rien pour eux. Le gouvernement a menti à la population depuis 1983. Les principaux politiciens de Norvège sont au courant, mais peu seront prêts à en parler publiquement – parce qu’ils craignent qu’on leur refuse d’embarquer dans les véhicules sur rails de NOAH 12, qui les conduiraient en lieu sûr.
Le fait d’en parler autour d’eux les condamnerait à une mort certaine. Personnellement, je n’attends plus rien de la vie. L’humanité doit survivre et les espèces doivent perdurer. Les gens doivent être informés.
Tous les gouvernements du monde sont au courant, et ils se comportent en fatalistes. A ceux qui sont prêts à faire quelque chose, je recommanderais de se trouver un endroit sur un terrain élevé et de chercher des grottes pour y stocker de la nourriture en boîtes, suffisamment pour cinq ans, et de l’eau en quantité pour les premiers temps. Des pilulles contre les effets des radiations et des combinaisons de survie seraient également utiles, si leur budget le permet.
Pour la dernière fois, je prie Dieu pour qu’il nous assiste… mais Dieu ne sera d’aucun secours. Seuls les individus pourront faire la différence. Réveillez-vous, d’urgence…!
J’aurais pu vous écrire sous une autre identité, mais je n’ai plus peur de rien. Lorsqu’on sait certaines choses, on devient invincible et plus rien ne peut vous atteindre, parce qu’on sait que la fin est proche.
Je vous affirme à 100% qu’il va se passer quelque chose. Il nous reste quatre ans pour nous préparer à la sortie de route. Procurez-vous des armes, et constituez des groupes de survie, trouvez-vous un endroit où vous serez en sécurité, avec des réserves de nourriture.
Vous pouvez me poser des questions, je vous répondrai selon ce que je sais en rapport avec la situation Norvégienne. Regardez autour de vous : partout il se construit des bases souterraines et des bunkers. Ouvrez les yeux. Demandez à vos gouvernements ce qu’ils sont en train de construire, et ils vous répondront : « Oh, ce ne sont que des réserves de nourriture ». Ils vous rassureront par des mensonges..
On peut aussi constater des trâces de la présence aliène, et je vois souvent que l’élite des politiciens Norvégiens ne se comportent pas comme ils le prétendent. Ils sont sous contrôle dans leurs moindres pensées, et tout ce qu’ils racontent leur est dicté. C’est facile pour moi de voir clair dans leurs jeux. Ca se lit dans leurs yeux et dans leurs têtes.
Souvenez-vous que les premiers touchés en 2012 seront les citadins. Après quoi, l’armée lancera des purges à l’encontre des survivants, et il leur sera permis de tirer sur ceux qui résisteront aux internements dans des camps, où tout le monde se verra attribuer un numéro et une marque.
Je constate que vous parlez de Benazir Bhutto sur votre site. Sa mort a été tragique. Je l’ai rencontrée, comme vous pouvez le constater sur les photos. Vous verrez également que je me suis entretenu avec une quantité d’autres personnalités politiques et de responsables au niveau international.

Le public ignorera ce qui se passe jusqu’à la fin, parce que le gouvernement veut éviter une panique généralisée. Tout doit se passer sans heurts, et soudain le gouvernement aura disparu.
Mon conseil est le suivant : soyez sur vos gardes. Prenez des précautions pour préserver votre famille. Soyez solidaires. Travaillez ensemble afin de trouver des solutions à tous les problèmes auxquels vous aurez à faire face.
Sincèrement,
[Le Nom et les preuves de son identité ont été fournies.] » – http://projectcamelot.org/norway.html
Commentaire du Projet Camelot :
« Nous sommes conscients que ce message ne comporte aucune preuve tangible. Cette information n’explique pas précisément en quoi la ‘Planète X’ représente une telle menace (bien qu’on puisse l’imaginer). Notre contact ne précise pas davantage ce qui justifie de se réfugier dans des bases souterraines.
Il se peut qu’un homme politique se préoccupe davantage des problèmes vitaux d’ordre sociopolitique plutot que de science. Cependant nous lui avons adressé une série de questions d’ordre scientifique, et nous vous communiquerons ses réponses.
Le Projet Camelot se consacre à la réalisation d’un documentaire qui doit rassembler les différents points de vue sur les projections positives ou alarmistes, d’ici 2012 et au-delà.
Nous souhaitons évidemment que rien de ce qui est décrit dans le présent message ne puisse se produire.
Nous sommes tous co-créateurs de notre monde, à chaque instant. Nous encourageons chacun à participer en créant consciemment un futur plus positif. »

Il fallait donc que je pose la question à Bill Ryan et Kerry Cassidy : « Concernant ce message de Norvège, comment pouvez vous être sûr que le politicien qui figure sur les photos est bien celui qui vous écrit ? »
La réponse de Kerry n’a pas tardé : « Oui, c’est vrai qu’on pourrait chercher à nous tromper de cette manière, mais c’est très improbable. Nous avons une autre source qui connait bien cette personne.
Nous avons reçu confirmation de manière totalement indépendante.
C’est la première fois, à notre connaissance, qu’un politicien de haut niveau a souhaité témoigner. »

Une heure plus tard, nouveau message de Kerry Cassidy : « Nous allons publier quelques compléments très intéressants que nous venons de recevoir en réponse à nos demandes.
Ta question au sujet des photos est effectivement pertinente. Le problème est le suivant : nous disposons d’un grand nombre d’éléments qui attestent que notre contact est bien ce qu’il prétend être – mais il est impossible de les publier sans le mettre en danger. Nous essayons de trouver une solution acceptable. »

http://ovnis-usa.com

Complément de Bill Ryan & Kerry Cassidy :

« Après un nouvel échange d’emails, en réponse à nos questions plus spécifiques, nous sommes en mesure de publier les précisions suivantes, selon les propres termes de notre contact :

« J’ai visité plusieurs bases souterraines [il indique le nombre]. Nous avons utilisé les véhicules sur rails. Seul un petit groupe de personnes avait été sélectionné. Ceux qui collaborent avec l’élite sont informés.

J’ai la preuve de ce que j’avance. J’ai confiance à 100% dans mes sources, mais elles craignent de révéler ce qu’elles savent. Les gens ont peur d’y perdre la vie, et c’est comme ça que ça fonctionne. Mais je tiens à ce que le public sâche ce qui se passe. Je ne crains pas la mort, et suis insensible aux menaces.

Toute l’élite des politiciens en Norvège est au courant. Ils savent également que s’ils révèlent quoi que ce soit, ils perdront toutes leurs responsabilités et n’auront plus accès aux différentes bases souterraines le moment venu.

Les véhicules sur rail de NOAH 12 servent au transport entre les différentes bases souterraines. Il existe un système d’entretien pour tout le réseau. Ils sont opérés principalement par les militaires, et ce sont eux qui contrôlent l’ensemble du dispositif. Chaque base est marquée d’un triangle orange, et chacun pour y pénétrer doit passer à travers un portique qui forme un champ d’énergie.

Je ne suis préoccupé que du futur de mes enfants – et de tous les enfants qui grandiront dans un monde nouveau. Nous devons faire le nécessaire dès à présent, afin qu’ils réalisent en grandissant ce que leurs parents ont fait pour eux, comme le fait de vous diffuser cette information.

En 2009 le gouvernement constitué par le FRP prendra le pouvoir, et Siv Jensen sera élu Premier Ministre. Les jeux sont déjà faits. C’est important de le comprendre. Les élections sont toutes arrangées et les mêmes personnes, qui forment l’élite dirigeante, sont réélues à tour de rôle. Observez l’histoire politique de la Norvège, et voyez qui est au pouvoir actuellement.

Veuillez diffuser cette information sur internet. Le moment venu, des gens survivront grâce au fait d’avoir été prévenus en lisant des sites web.

Je ne vais m’attirer que des ennuis en publiant celà, et je n’ai nul besoin de tromper les gens. Mon seul but est d’exposer ce qui se passe dans mon pays, et il se peut que quelques personnes survivront à ce qui va se produire.

Cordialement »

[Le Nom a été fourni]

Tom Cruise – 15 millions de dollars :


projet camelot dans 2012 tom_cruise_bunker



Bonjour ou bonsoir..
Ce qui suit est en rapport avec les informations donné par Kiwan (RG) à la conférence de Québec hier soir (vendredi 4 janvier).. Des événements à venir d’ici 2012..
Ces informations traduite de l’anglais proviennent du site OVNI-USA (par Didier de Plaige)

5 janvier – Ce qui va suivre est la traduction d’un texte qui vient d’être publié sur le site du Projet Camelot. J’ai écrit par ailleurs à Bill Ryan et Kerry Cassidy, et notre échange d’emails est reproduit juste en-dessous :

« Nous avions de publié sur le site du Projet Camelot un hommage à Benazir Bhutto. C’est alors que nous avons reçu le texte suivant.

L’auteur n’est pas anonyme : nous avons vérifié son identité. Il nous a fait parvenir des photos où il est en compagnie du Premier Ministre de Norvège et (séparément) avec Benazir Bhutto. En attendant son accord, nous avons préféré ne pas donner davantage de détails. Si le contenu de ce message est vrai, ça nous semble vraiment très important. »

« Je suis un homme politique norvégien. Ce que j’ai à dire, c’est que nous allons connaître de grandes difficultés entre 2008 et 2012.

Le gouvernement norvégien construit de plus en plus de bases et de bunkers souterrains. Quand on leur demande ce qu’ils font, la réponse est que c’est destiné à la protection du peuple de Norvège. Lorsque je leur ai demandé quelle était la date d’achèvement des travaux, on m’a répondu : « avant 2011″.

Israël et plusieurs autres pays font de même. Pour preuve de ce que j’avance, je vous adresse des photos où je me trouve en compagnie de tous les Premiers Ministres et les autres ministres que j’ai rencontrés et avec lesquels je suis en relation. Ils sont tous au courant de ce qui passe, mais ils ne veulent pas créer un mouvement de panique en alertant l’opinion. »

« La Planète X se rapproche, et la Norvège a commencé à stocker de la nourriture et des graines dans la région de Svalbard, ainsi que dans la zone arctique, avec l’aide des Etats-Unis et de l’Europe, et d’un peu partout en Norvège. Il n’est question que de sauver les élites au pouvoir et ceux qui pourront aider à reconstruire : les médecins, les scientifiques, etc…
En ce qui me concerne, je sais déjà que je devrai d’ici 2012 rejoindre la région de Mosjøen, où se trouve une installation militaire enterrée. L’endroit est divisé en secteurs, rouge, bleu et vert. L’armée norvégienne a déjà établi ses marquages, et il y a longtemps que les camps ont été établis.

Ceux qui seront abandonnés en surface périront sans assistance. Le plan consiste à sécuriser 2 millions de Norvégiens, le reste mourra. Ce qui signifie que 2 millions 600.000 personnes seront laissées pour compte.

Tous les secteurs sont interconnectés par des tunnels et des véhicules sur rails permettent de relier les zones de survie. D’immenses portes ont été installées pour les compartimenter, ce qui fait que les secteurs peuvent être indépendants. »

« Tom Cruise s’est fait bâtir un bunker familial à 15 millions de dollars. »
« Je suis très affecté. Il m’arrive de pleurer avec d’autres qui savent que nombre de personnes apprendront la nouvelle trop tard, et qu’on ne pourra plus rien pour eux. Le gouvernement a menti à la population depuis 1983. Les principaux politiciens de Norvège sont au courant, mais peu seront prêts à en parler publiquement – parce qu’ils craignent qu’on leur refuse d’embarquer dans les véhicules sur rails de NOAH 12, qui les conduiraient en lieu sûr.

Le fait d’en parler autour d’eux les condamnerait à une mort certaine. Personnellement, je n’attends plus rien de la vie. L’humanité doit survivre et les espèces doivent perdurer. Les gens doivent être informés.

Tous les gouvernements du monde sont au courant, et ils se comportent en fatalistes. A ceux qui sont prêts à faire quelque chose, je recommanderais de se trouver un endroit sur un terrain élevé et de chercher des grottes pour y stocker de la nourriture en boîtes, suffisamment pour cinq ans, et de l’eau en quantité pour les premiers temps. Des pilulles contre les effets des radiations et des combinaisons de survie seraient également utiles, si leur budget le permet.

Pour la dernière fois, je prie Dieu pour qu’il nous assiste… mais Dieu ne sera d’aucun secours. Seuls les individus pourront faire la différence. Réveillez-vous, d’urgence…!

Monday, April 16, 2012

A l'aéroport d'Amsterdam, les oies seront gazées


Quelque 50 000 oies vivent à proximité de l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol, soit 14 fois plus qu'en 2005 selon le gouvernement.

A s'y méprendre, on pourrait lire "gavées". Mais les oies sauvages autour de l'aéroport d''Amsterdam-Schiphol seront bien "gazées" à partir de mai a annoncé le ministère néerlandais de l'infrastructure et de l'environnement. Cette mesure est censée lutter contre la prolifération de ces animaux, dangereuse pour le trafic aérien.

Quelque 50 000 oies vivent en effet à proximité de l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol, soit 14 fois plus qu'en 2005, a précisé la porte-parole, selon laquelle les Pays-Bas sont un "endroit particulièrement attrayant pour les oies, avec beaucoup d'eau partout". Parallèlement, le nombre de collisions avec des avions ne cesse d'augmenter, a assuré le ministère, ces derniers devant alors atterrir d'urgence ou interrompre leur décollage.

Un "pacte" a ainsi été signé par le gouvernement, les autorités provinciales, des agriculteurs et des organisations de défense de l'environnement prévoyant une série de mesures pour lutter contre la prolifération de ces oiseaux. Aucun objectif chiffré n'est prévu par l'accord qui prévoit la poursuite de la chasse des oies et la destruction d'oeufs dans un rayon de 10 kilomètres autour de l'aéroport. Les agriculteurs se sont par ailleurs engagés à labourer leurs champs aussitôt après la récolte pour enfouir dans le sol les graines pouvant servir de nourriture aux oies.

Des radars seront également utilisés pour détecter la présence d'oiseaux "présentant un risque" au moment du décollage et de l'atterrissage, a précisé le ministère. C'est, selon le ministère "un certain type de CO2" qui sera utilisé pour le gazage des oies.

Toamasina : Voaroba ny fiaran’ny kolonely Lilison, very ny vola 20 tapitrisa sy Ipad, olona iray voatifitra

Lundi, 16 Avril 2012


Manjaka hatraiza hatraiza ny asan-jiolahy, ny halatra sy ny vaky trano. Tsy mifidy ireo mpandroba.

Tamin’ny fetin’ny paska teo, norobain’ny sasany ny fiaran’ny kolonely Lilison izay nandeha niala voly tany Toamasina. Napetraka teo amin’ny « parking » io fiara io tao amina « bungalow » iray any Mangarano. Nisy namaky anefa ilay fiara ka very tamin’izany ny vola 20 tapitrisa, Ipad iray ary entana maromaro. Rehefa nijery ny fahavoazany ny tompon’ny fiara dia nandeha avy hatrany ny fanadihadiana. Ny mpiambina ilay toerana no nanaovana izany voalohany. Nilaza ihany io farany io ary niteny fa 10 tapitrisa no anjarany. Rehefa nanontaniana izy dia nanondro olona iray mpiasan’ny tiribonaly any an-toerana izay nolazainy fa dadatoany ka efa nomeny an’io ny vola. Niroso ihany ny famotorana ka fantatra, araka ny filazan’ny kolonely, fa efa voasambotra ity mpiasan’ny tiribonaly ity amin’izao fotoana izao.Tsy nijanona teo anefa ny raharaha, nanondro olona iray hafa ihany koa ilay mpiambina ny « parking ». Tamin’ny zoma lasa teo, naleha tany an-tranony io olona io ka tratra tao. Natao ny fisavana soa dia mba misy entana nafenina ihany tao. Tsy nisy izany anefa fa rongony, voalazan’ny vaovao fa be dia be, no hita. Tsy fantatra izay tao an-dohan’ny tompon’ny trano fa lasa nandositra ny anao lahy. Na dia efa nasaina nijanona aza anefa dia nandeha ihany. Voatery nitifitra ireo mpitandro filaminana ka maty vokatr’izany izy. Ny loharanom-baovao ihany no nahalalana fa efa fantatry ny rehetra fa anisan’ny jiolahy mpanamboatra ao an-tanana izy io.

Amin’izao fotoana izao, misy ny fepetra noraisin’ny tompon’andraikitra koa dia nakatona mandritra ny fotoana tsy voafetra ilay toerana fandraisam-bahiny. Ny vaovao hafa voaray mantsy no nahalalana fa herinandro talohan’izao, nisy mpiasana banky iray voaroba vola 13 tapitrisa koa tao. Tsy izany ihany fa malaza ho fandalovan’ny olon-dratsy isan-karazany io toerana io.

Nilaza moa ny kolonely Lilison fa hiresaka

Sunday, April 15, 2012

Les aliments de la mémoire




Les relations entre nutrition et santé sont prises de plus en plus au sérieux par le corps médical, y compris dans les maladies graves comme le cancer. L'intégration de recommandations nutritionnelles dans le traitement de nombreuses maladies confirme donc le rôle déterminant de l'alimentation dans le fonctionnement général de l'organisme.
La mémoire n'échappe pas à cette détermination alimentaire.


Le cerveau est un goulu


Pour bien fonctionner, notre cerveau a besoin de quarante éléments nutritionnels : 15 minéraux et oligo-éléments, 8 acides aminés, 13 vitamines et 4 acides gras.
Il consomme à lui seul 20 % de l'énergie fournie à l'organisme par notre alimentation ! Glucose (pain, sucre, céréale), acide linoléique et alpha-linoléique (huiles végétales de type colza, noix et soja) constitue pour lui des mets de choix.
Toute carence de l'un ou l'autre de ces éléments peut altérer le fonctionnement des cellules nerveuses, et par conséquent de la mémoire. Et pour éviter les carences, il faut manger varié.
Le groupe des vitamines B (B1, B2, B6, B9, B12... utilisées par exemple dans le traitement symptomatique du syndrome de Korsakoff), les vitamines A, E, F, C, sont également essentiels et sont apportées par les aliments frais.


Les aliments de la mémoire


Tous les fruits et légumes, le poisson (même si le rôle du phosphore dans les performances de la mémoire n'est pas prouvé !) sont favorables au bon fonctionnement de la mémoire.
Il faut en revanche éviter la consommation excessive de graisses saturées (charcuterie, laitage entier, fromage, beurre) et de viandes rouges.
Certains compléments alimentaires sont en revanche à recommander pour la mémoire : blé, avoine, seigle, sésame, noix, algues marines, gelée royale et... chewing-gum !
Une étude réalisée par des neurologues japonais de l'université de Gifu a en effet montré que le chewing-gum était un stimulant de la mémoire. La mastication produirait une sorte de détournement du stress de notre cerveau et, concomitamment, une activation de l'hippocampe plus importante que d'ordinaire.
Mais avant la consommation de chewing-gum, certaines substances doivent alimenter notre cerveau pour qu'il entretienne convenablement notre mémoire. Ces substances sont principalement :
Le dimethylaminoethanol ou DMAE, un élément naturel proche de la choline et qui facilite la synthèse de l'acétylcholine dans le cerveau. On en trouve dans les sardines et les anchois ;
La choline, un neurotransmetteur proche des vitamines du groupe B qui entre dans la composition de l'acétylcholine, l'un des principaux neuromédiateurs de la mémoire. La liste des éléments riches en choline est longue : oeuf (particulièrement riche en choline), soja, artichauts, brocolis, chou, choux de Bruxelles, foie, porc, boeuf, crevettes, cabillaud, morue, saumon, pignons de pin, amandes, germe de blé... ;
Méthionine, un acide aminé, présent dans : la morue, le thon, les anchois, la volaille, le porc, le veau, le parmesan... ;
Acétyl-L carnitine, un autre acide aminé contenu dans : les viandes de mouton, d'agneau et de boeuf, le poulet, le lait, la levure ;
Vitamine B1, essentielle au bon fonctionnement de la mémoire et du système nerveux en général. Très présente dans : le foie, les rognons, les oeufs, les flocons d'avoine, le chocolat, les graines de tournesol...


La mémoire et le chocolat


Très riche en potassium et en magnésium, la consommation (modérée) de chocolat est néanmoins très recommandée pour son rôle de stimulant cérébral et musculaire.
Le chocolat agit aussi sur le cerveau via trois substances : la théobromine, stimulatrice du système nerveux ; la caféine et la phényléthylamine qui sont des psychostimulants et donc positifs pour l'attention et la concentration.
Toutefois, le chocolat n'aurait pas toutes les vertus qu'on lui prête habituellement. Une réputation un peu usurpée en raison d'une forte teneur en phosphore dont les effets sur la mémoire restent à établir...