Sunday, October 26, 2008

SOMMET DE L’UNION AFRICAINE Kadhafi exige 500 m2 pour planter sa tente

Le guide suprême de la révolution libyenne ne fera pas honneur à la villa présidentielle conçue pour lui. Il ne logera pas non plus à l’hôtel. Tradition du désert oblige : Kadhafi passera la nuit et recevra ses invités dans une tente.

La prospection des lieux propices à l’installation de la tente bédouine du dirigeant libyen est en cours. Surface exigée : 500 m2. Un endroit aux environs de la hutte canadienne d’Ivato a été repéré par les organisateurs du sommet. Il reste à savoir si cet endroit ferait l’affaire de cet hôte spécial, indépendamment de l’avantage qu’il présente d’être à proximité du nouveau centre international de conférence.

Lors de son passage au Togo en juin dernier, alors que les autorités togolaises ont prévu de loger Kadhafi dans les environs du palais des congres de Kara, ce dernier aurait décidé de planter une autre tente dans un autre endroit à sa convenance. Le guide libyen est réputé pour n’en faire qu’à sa tête et est capable de faire fi de tout protocole. Peut-être verra-t-il d’un bon œil le «green» du Palais d’Ambohitsorohitra ou pourquoi pas les environs de la vitrine de Madagascar, à Iavoloha où il se sentira à peine dépaysé parmi les chameaux dont il a fait lui-même cadeau au president Ravalomanana ?

Air Madagascar

Bonne nouvelle pour les usagers des transports aériens. A partir d’aujourd’hui la compagnie aérienne nationale Air Madagascar baisse le montant de la taxe « surcharge carburant » sur ses lignes. Une décision qui impliquera une baisse des tarifs.
En effet, avec cette baisse de la taxe surcharge carburant, au final, le client qui veut prendre l’un des vols d’Air Madagascar paiera moins qu’avant. Robinson Olivier, Directeur Général Adjoint d’Air Madagascar confirme d’ailleurs que « la compagnie travaille actuellement sur les modalités d’application de cette baisse ».
A noter que cette baisse de la taxe surcharge carburant est consécutive elle-même à la baisse des cours du pétrole brut sur le marché international. Quoiqu’il en soit, cette bonne nouvelle est très bien accueillie par les usagers des transports aériens en général et des clients d’Air Madagascar en particulier. Ce d’autant plus que la compagnie aérienne nationale semble ces derniers temps, faire preuve de plus de dynamisme. En effet, un certain nombre de nouveaux produits font actuellement leur apparition au sein d’Air Madagascar.

ARI

Il s’agit par exemple du nouveau système automatisé de contrôle de réservation dénommé Amadeus Revenue Intégrity (ARI). Un système qui arrangera les affaires des voyageurs dans la mesure où il permet d’annuler automatiquement toute place réservée, mais non payée à la date limite d’achat du billet. Concrètement l’adoption de ce système permet à un plus grand nombre de passagers désirant voyager sur Air Madagascar d’avoir une place. En effet, les personnes qui font une réservation alors qu’elles ne sont pas encore prêtes, sont automatiquement rayées de la liste. L’objectif de ce nouveau système de contrôle étant de mieux gérer le remplissage des avions dont certains sièges ne seront plus bloqués inutilement.

Nouveau salon

Toujours au chapitre des nouveautés, depuis le 10 octobre dernier, les passagers en classe Affaires d’Air Madagascar sont accueillis au départ de Paris au Salon d’American Airlines. Plus spacieux et luxueux, ce nouveau lounge donne aux clients des services adaptés aux normes exigées par la clientèle. Par ailleurs, le site internet relooké d’Air Madagascar sera bientôt en ligne. Il s’agit d’un site disposant d’un design moderne et d’une navigation facilitée. Des informations à jour sont également contenues dans ce site qui permet de réaliser une réservation en ligne améliorée.
Enfin, et non des moindres, Air Madagascar annonce l’ouverture prochaine de la ligne Tanà - Guangzhou. Ce sera à partir du 1er juillet 2009, avec un Boeing 767-300 à raison de deux fréquences hebdomadaires via Bangkok. Un nouvel envol.

Friday, October 24, 2008

Friday, October 10, 2008

Samedi 11 Octobre 2008




No comment

Un Malgache sur quatre souffre de troubles mentaux

Santé mentale. « Faire de la Santé Mentale une priorité dans le monde ». C’est sous ce thème qu’a été célébrée, hier la Journée dédiée à la santé mentale.
Un Malgache sur quatre souffre de troubles mentaux



«Les maladies mentales ne concernent pas seulement les ‘’adala manary lamba’’, souvent en état de crise. Elles affectent beaucoup plus de monde qu’on le croit, puisque près d’un Malgache sur quatre souffre de troubles mentaux », révèle le Dr Lucie Solofonirina, directrice du département des maladies non transmissibles, au cours des manifestations marquant la célébration de la Journée Mondiale de la Santé Mentale (JMSM), hier à Anosy.



Stress et dépression. La dépression et l’anxiété généralisée (plus connues sous le terme ‘’stress’’), sont les deux pathologies les plus courantes des maladies mentales. Mais les troubles liés à l’alcool et aux drogues font aussi des ravages, surtout chez les jeunes garçons. «La proportion la plus importante de nos patients, de l’ordre de 30%, est constituée de jeunes alcoolos et drogués de moins de 24 ans. Ils sont en majorité, à près de 72 %, de sexe masculin », déplore Lanto Ratsifandrihamanana, médecin-chef de l’hôpital psychiatrique d’Anjanamasina. Cet établissement sanitaire, ayant une capacité de 120 lits, affiche un taux de guérison très faible ne dépassant pas les 3%. « Après le traitement chimiothérapique et psychothérapique, la rechute des malades est fréquente car leur environnement familial et social ne suit pas », explique ce médecin.



Réinsertion sociale. Pour pallier à l’insuffisance et à la quasi-inexistence de ce volet réhabilitation et réinsertion sociale des malades mentaux, les acteurs en santé mentale du secteur public et du secteur privé ont justement profité de la JMSM pour lancer l’idée d’une collaboration étroite entre eux. Le secteur privé, tel le Toby Ankaramalaza est, en effet, très en avance dans la prise en charge sociale des malades mentaux.

Mais, en terme de prise en charge médicale ou sociale, Madagascar manque énormément de ressources humaines qualifiées pour s’occuper des malades mentaux. Aux dernières statistiques, le pays ne compte que 16 neuropsychiatres et psychiatres et trois internes qualifiés. C’est dire qu’un psychiatre malgache a en charge 1,3 million d’habitants.

Wednesday, October 08, 2008

Tuesday, October 07, 2008

Bebert nous a quitté



Pour agrandir, cliquer dans le cadre.

Les surnoms de nos politiciens

« Ramose ». Tel est le surnom collé à l’actuel président de la République, Marc Ravalomanana, depuis qu’il est à la tête du Groupe Tiko. Ses employés l’appellent toujours par ce petit nom. Dans le contexte actuel, appeler ou parler du chef de l’Etat par ce nom affectueux, comme on dit en français, reste justifié, lui qui ne rate jamais l’occasion pour donner des cours de « leadership » aux hauts fonctionnaires de l’Etat et de leçon de réalisme politique à ses détracteurs. Néanmoins, comme il a été fait docteur et professeur honoris causa, il serait plus conforme de le qualifier de Dokotera ou de Profesora. D’autres surnoms sont également connus : « Deba » ou Rastifa pour l’Amiral Didier Ratsiraka, « Tsikirity » pour Norbert Lala Ratsirahonana, « Rambô » pour Daniel Ramaromisa, « Dadapasy » ou Rapasy pour le pasteur Richard Andriamanjato, « Ra-Lynx » pour feu Germain Rakotonirainy, « Bouddha » pour feu Herizo Razafimahaleo.

« Point Mort »

Ces petits noms reflètent soit le comportement intellectuel ou gestuel, soit le gabarit physique de leur titulaire. D’autres politiciens sont surnommés par le diminutif de leur vrai nom comme « VJE » pour l’opposant incarcéré Voninahitsy Jean Eugène, ou par une partie de leur nom comme « Koto » pour Manandafy Rakotonirina ou « Bema » ou « Point Mort » pour le Premier ministre Charles Rabemananjara. D’autres sont surnommés à partir de la couleur de leur peau comme « Vazaha Be » pour Me Jacques Sylla et feu Francisque Ravony. L’ancien Premier ministre de Déba, le général Ramahatra se surnomme quant à lui Bill. « Lesola » pour Guy Willy Razanamasy. Les surnoms se présentent sous une autre forme plus ou moins officielle. Ils suivent le plus souvent le nom complet de la personne, mais introduit par la formule « dit » ou « alias ». On peut citer à titre d’illustration Soja Jean André alias « Kaleta » ou Rémi dit « Jao Jean », l’actuel député d’Antsohihy, Me Willy Razafinjatovo alias Ôlala.

Thursday, October 02, 2008

10 jours de prison....

Cracher n’importe où peut coûter à son auteur 10 jours d’emprisonnement. Une peine assortie de 400 à 30 000 ariary d’amende. Pareillement, uriner sur la voie publique est passible des mêmes sanctions. Selon un officier de police du Commissariat Central, « des contraventions existent bel et bien pour sévir en cas de besoin. Et ce, pour faire valoir les notions les plus élémentaires du civisme, et partant de la sauvegarde de la vie communautaire dans une agglomération dont la coexistence réclame des disciplines librement consenties par les citoyens qui y vivent ensemble ».

Intérêt général

A propos des contraventions qui devraient être appliquées effectivement dans l’intérêt général, une amende d’Ar 400 à 30.000 et un emprisonnement de 10 jours, voire plus, sont prévus à l’encontre de ceux qui font fi du respect de la salubrité publique, surtout uriner ici et là, cracher n’importe où ainsi que les jets d’eaux usées sur autrui ou sur les passants sur la voie publique ou dans des domaines privés. Il en est de même pour les jets d’immondices ou de pierres. Souvent, les moindres contraventions commises dans les fokontany sont réglées au niveau même de cette collectivité de base, sans que l’affaire soit portée au commissariat. Plus précisément celles ou ceux qui ont l’habitude de cracher sur la voie publique sont passibles de simple avertissement ou d’autres corrections minimes en guise d’éducation civique. A condition qu’il n’y ait pas d’autres infractions telles que l’outrage aux autorités dans l’exercice de leurs fonctions, les voies de faits ou des paroles grossières, les enquêtes policières ne seront pas exclues.

Laissé pour compte ou délaissé par la société ?

Wednesday, October 01, 2008

Air Mad : Le vol Tanà-Milan abandonné en 2009

La compagnie aérienne nationale envisage d’abandonner les vols non rentables

La compagnie aérienne nationale Air Madagascar arrêtera définitivement la desserte Antananarivo-Milan à partir de l’année prochaine. C’est ce qu’on a appris d’un responsable de l’entreprise en marge du Salon professionnel du tourisme Top Resa 2008, qui s’est déroulé, à la Porte de Versailles, à Paris du 16 au 19 septembre dernier. Celui-ci avait confié que le nombre de villes desservies par la compagnie ne diminuera pas pour autant parce que l’avion qui assure les vols Tana-Milan sera affectée sur la nouvelle ligne Tana-Guangzou, qui sera officiellement lancée à partir du mois de juillet de l’année prochaine.
Notre source avait fait comprendre que l’exploitation de la ligne Antananarivo-Milan n’était pas réellement rentable pour la compagnie aérienne Air Madagascar. Ce responsable de déclarer : «La desserte Tana-Milan n’a pas donné les résultats escomptés par Air Madagascar lors de sa mise en place» Il explique que compte tenu de la situation actuelle de l’entreprise et du fait de la nouvelle politique mise en œuvre sur le plan managérial, Air Madagascar ne pouvait pas se permettre d’insister sur un projet qui ne marchait pas. D’ailleurs, le fait qu’Air Madagascar supprime Milan de ses itinéraires ne devrait pas poser beaucoup de problèmes puisque cette ville italienne est connectée à Nosy Be par d’autres compagnies aériennes en vols charters.
Rien ne se perd, tout se transforme pour Air Madagascar puisque la ville de Guangzou remplacera donc Milan. Les responsables de la compagnie se disent très optimistes pour ce nouveau projet. Madagascar et la Chine entretiennent des relations commerciales très développées, les hommes d’affaires de l’empire du Milieu excellent dans les pays où ils s’installent et pourquoi pas, les opérateurs économiques malgaches peuvent aussi apprendre de leur homologues chinois.

ET AIR FRANCE?
Pour le cas de Madagascar, Air France assure cinq vols par semaine en Air Bus 340 et deux vols cargo en Boeing 747. «À partir du mois de juin 2009, la compagnie mettra sur la ligne Paris-Antananarivo le nouveau Boeing 777/300 pour une période d’essai de trois à quatre mois», a expliqué le directeur d’Air France pour l’océan Indien, Bénédicte Pélerin. Le Boeing 777 fait partie des avions de nouvelle génération qui consomment moins de carburants et émettent moins de CO2. Il ramène la consommation moyenne de carburant par passager à 3,7 litres en 2012 contre 3,95 litres en 2006. Sur le vol reliant Paris-Antananarivo aller et retour en A340, la consommation est de 3,7 litres par 100km et l’émission de 1.700 kilos de CO2. Et c’est la raison d’être de l’engagement d’Air France dans le projet de restauration de 500.000 hectares de forêts de Madagascar, représentant un potentiel de 60 à 70 millions de tonnes de carbone stockées.

Qui vole un oeuf.....

Il surprend une femme en train de voler un œuf. Il, un garçonnet devient alors un témoin gênant. Et ceci a amené la voleuse à l’éliminer. En le décapitant. Ce crime odieux s’est produit à Ampaho-Bevoay, une localité située dans le district de Tolagnaro. Il était presque minuit, mercredi dernier, lorsque l’enfant, à peine âgé de 6 ans, aperçoit la dame en train d’accomplir son menu larcin. Sans commune mesure avec sa réaction contre le gamin. Elle lui arrache carrément la…tête. Sans doute, pour s’assurer qu’il n’est plus en vie avant de prendre la clé des champs. Très tôt le lendemain, les gens découvrent avec consternation le petit corps baignant dans une mare de sang. Sans sa tête. La nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre. Elle a vite fait le tour du quartier. Ameutant les riverains qui ont effectué les premières recherches qui s’avèrent fructueuses. Les renseignements aidant, les quartiers mobiles arrivent rapidement à mettre la main sur la criminelle. Les gendarmes et les médecins légistes sont descendus sur place pour le constat d’usage. De sources locales, l’on a appris que les forces de l’ordre ont décidé de renforcer la sécurité dans le fokontany d’Ampaho pour prévenir d’éventuels actes de représailles sinon des risques de vindicte populaire. Surtout que la victime est un enfant qui a eu la malchance d’être là, au mauvais moment, au mauvais endroit. Et face à une mauvaise femme.

3 kilos d'or en poudre

Un rebondissement dans l’horrible assassinat du couple de médecin à Mahamasina, il y a presque deux semaines déjà. La dernière nouvelle concernant la recherche de la lumière sur cette affaire obscure a fait poindre une pointe de lueur jusque là insoupçonnable. En fait, la famille des victimes avait sollicité le service de chiens policiers pour suivre les éventuelles traces des agresseurs. Et là, la surprise fut totale. Après avoir quitté un moment les parages du domicile où le drame s’est déroulé, le chien en question n’a pas voulu bouger en arrivant devant la porte d’un stomatologue des environs. Hasard, vérité ou défection (professionnelle) de l’animal ? Nul n’a officiellement confirmé, du moins jusqu’à cet instant. Mais certains confrères ont été convoqués hier matin par le chef du quartier ainsi que le commissariat chargé d’enquêter sur ce triple-meurtre. Dans la foulée, il semble que ce crime n’a pas été motivé par le vol.

D’ailleurs, l’inventaire des objets effectuée par la police n’a mentionné aucun vol des objets appartenant à la famille.

Et si c’était motivé par le vol !

Néanmoins, l’énigme sur les mobiles de l’assassinat du couple de médecins à Mahamasina demeure. Ces derniers temps, une source a avancé que le ou les tueurs se seraient vraiment intéressés à l’or des occupants de la maison. Et ce n’était pas du n’importe quoi car il se trouve qu’il y avait pas moins de 3 kg d’or en poudre dans le domicile au moment de cette attaque horrible. D’autre part, on a également parlé d’une dispute au sein de la famille concernant un héritage. Une dispute que l’on affirme avoir été entendue par des témoins à l’extérieur tant elle était très violente sur le plan verbal. Par ailleurs, la disparition de la cadette de la famille ainsi que de son ami constitue un fait tout à fait récent et aggravant ce drame. Aucune déclaration officielle concernant cette dernière situation n’a été encore émise de la part des différentes parties impliquées dans cette affaire.