Thursday, January 31, 2008

Tuesday, January 29, 2008

Monday, January 28, 2008

Fame et Gula veulent mettre Mada K.O.


Si Fame s’en va ainsi en mer, Gula de son côté semble s’approcher. Cette autre tempête tropicale modérée a été localisée à 1250 km à l’est d’Antalaha, hier vers 15h. Elle n’affecte pas encore le temps qu’il fait sur Madagascar, mais représente toutefois un danger puisqu’elle fait cap sud-ouest en s’approchant de nos côtes.


Sunday, January 27, 2008

Fame s'est acharné sur Mahajanga durant 48 heures



Bilan provisoire assez lourd pour Mahajanga après le passage de la dépression tropicale dénommée Fame. La ville est à moitié inondée, surtout dans les bas quartiers.
Les quartiers populaires tels que Tsararano ambany, l'abattoir, Ambovoalanana, Ambalavola, Tsaramandroso ambany sont sous l'eau. Des centaines de sans-abri et sinistrés ont déjà regagné les écoles publiques. Tandis qu'à Tanambao Sotema, des constructions ont été démolies suite aux fortes pluies. Des gens se trouvent bloqués dans leurs maisons à cause de la montée des eaux.
Circulation coupée
Le bord de la mer a été une fois de plus victime de rafales de vent. Des pierres et cailloux ont été projetés sur la route. Les responsables ont décidé de couper toute circulation sur cette partie, notamment devant l'Alliance française jusqu'au phare.
L'aéroport d'Amborovy était fermé hier toute la journée. Tous les vols ont été annulés. Le responsable de l'escale a indiqué hier que deux vols (12h et 16h) seront au programme ce jour à destination de la capitale. Mais tout dépendra encore de la météo.
Depuis vendredi soir, des fortes précipitations ont été observées. Samedi matin, les vagues atteignaient jusqu'à de 2m de hauteur. Des paquets nuageux se sont transformés en pluies diluviennes depuis. Après une courte période d'accalmie, hier entre 13h à 16h, la pluie s'est encore intensifiée vers la fin de l'après-midi.
Pourtant, la population a continué à vaquer à ses occupations quotidiennes samedi et dimanche. Personne ne s'attendait à ce que les dégâts soient aussi importants.

Encadré
Plusieurs districts en alerte

Hier à dix-huit heures locales, la forte tempête tropicale Fame a frôlé Besalampy et Maintirano, amenant avec elle un vent de plus de 150 km à l’heure. L’avis de danger imminent s’applique par conséquent aux districts de Besalampy, Maintirano, Soalala, Antsalova, Belo/Tsiribihina, Miandrivazo, Morafenobe et Ambatomainty. Tandis que l’avis de menace plane sur Mitsinjo, Fenoarivobe, Soavinandriana, Tsiroanomandidy, Miarinarivo et Ankazobe.
A cause des fortes pluies engendrées par le passage de Fame, les régions ci-après doivent prendre des précautions face aux crues probables des rivières : Mahajanga I et II, Marovoay, Ambato-Boeny, Maevatanana, Kandreho.

Un appel d'offre en toute transparence!!!!

Friday, January 25, 2008

Des cellules souches du pancréas pour soigner le diabète ?

Des cellules souches potentiellement productrices d'insuline* existent au sein du tissu pancréatique des mammifères, selon les travaux d'une équipe franco-belge de chercheurs, publiés, vendredi 25 janvier, dans la revue Cell. Dirigée par Harry Heimberg (Centre de recherches sur le diabète, Université libre de Bruxelles), cette équipe annonce être parvenue à isoler, à partir du tissu pancréatique de souris adultes, des cellules "progénitrices" capables de se transformer pour devenir des cellules productrices d'insuline.

"Aucun laboratoire n'avait, jusqu'à présent, pu identifier ces cellules progénitrices insaisissables, ce qui faisait que l'hypothèse même de leur existence était progressivement remise en cause", expliquent les auteurs de ce travail. Celui-ci a permis d'établir que ces cellules progénitrices adultes existent bien et qu'elles présentent en outre toutes les caractéristiques biologiques de leurs homologues progénitrices embryonnaires.

Si, comme tout le laisse penser, des cellules souches progénitrices ayant la même potentialité sont également présentes dans le pancréas humain, on peut, selon les chercheurs, espérer que leur régénération à des fins thérapeutique puisse être obtenue chez les personnes souffrant des deux formes de diabète, celle - précoce - dite "insulino-prive" et celle touchant les personnes plus âgées.

Les chercheurs ont déjà identifié chez la souris une voie biologique permettant, in vitro, de stimuler ces cellules et de les activer pour qu'elles se différencient et produisent de l'insuline.

"Leur isolement à partir du pancréas de personnes diabétiques pourrait permettre leur amplification avant transplantation, estime Raphaël Scharfmann (faculté de médecine Necker, Paris), qui appartient à l'une des deux unités de l'Inserm qui ont participé à ces travaux. Aujourd'hui, les greffes de cellules pancréatiques ne peuvent être proposées qu'à un nombre limité de malades, à cause notamment de la pénurie de donneurs d'organes. Disposer des cellules souches que l'on pourrait transformer en cellules productrices d'insuline ouvrirait la voie à la mise en place d'un programme de transplantation à grande échelle."

*L’insuline est la principale hormone sécrétée par le pancréas. Son importance est vitale car c'est la seule substance capable de faire baisser le taux de sucre dans le sang. Elle est sécrétée par les cellules ß du pancréas situées dans des zones appelées îlots de Langerhans car ils furent découverts, au 19e siècle, par un jeune étudiant en médecine allemand qui portait ce nom.
Le pancréas sécrète également d'autres hormones en particulier le glucagon dont nous reparlerons.

SIDA

Aujourd’hui, cinq Malgaches sur 1 000 vivent avec le VIH, 25 Comoriens sur 100 000, 25 Réunionnais sur 10 000, un Seychellois sur 5 000, et plus d’un Mauricien sur 100. Les jeunes sont parmi les groupes les plus vulnérables. Ces chiffres ont été annoncés par quelques têtes pensantes de l’océan Indien réunis à Maurice pour examiner les politiques d’éducation sexuelle en milieu scolaire.


Les jeunes sont aujourd’hui au centre de l’épidémie globale du sida. En effet, sur les 1.5 milliard de jeunes dans le monde, on estime 11.8 millions sidéens. Chaque jour, 5.000 à 6.000 jeunes de 15-24 ans sont infectés par le VIH. Et 40% des nouveaux cas touchent les jeunes.

«Nos enfants et nos jeunes font face à une multitude de pressions exercées par les médias, les pairs, la pauvreté, les pratiques traditionnelles, la violence! Pour faire face au VIH/sida, l’école est le meilleur environnement afin d’obtenir ces connaissances», a souligné Monique-Andreas Esoavelomandroso, secrétaire général de la Commission de l’océan Indien (COI). Cette réunion à Quatre Bornes à Maurice a regroupé 24 personnes des Comores, de Madagascar, de Maurice et des Seychelles. Ces responsables dans le domaine de l’éducation et du VIH/sida, vont également échanger les meilleures pratiques en matière de communication pour une capitalisation régionale.

Les nouvelles cartes professionnelles

La loi de Finances 2008 stipule la suppression de la taxe professionnelle. Face à cette nouvelle disposition, un certain nombre de mesures ont été adoptés afin de distinguer les contribuables en règle vis-à-vis de leurs obligations fiscales et ceux qui ne le sont pas. Ainsi, deux cartes, la carte de l’impôt synthétique et la carte d’immatriculation fiscale seront mises en service selon le régime fiscal auquel relève le contribuable.

La carte de l’impôt synthétique sera délivrée au contribuable soumis à l’impôt synthétique pour justifier la régularité de sa situation fiscale. Valable pour un seul exercice, elle doit être renouveller chaque année au moment de son immatriculation ou de son identification par l’administration pour les nouveaux, et avant le 31mars de l’année d’imposition pour les contribuables qui désirent poursuivre leurs activités.

Par ailleurs, la carte d’immatriculation est délivrée aux Contribuables autre que ceux relevant du domaine de l’impôt synthétique, au lieu de l’attestation d’immatriculation. Cette carte est aussi renouvelée chaque année, au moment du dépôt de la déclaration des revenus auprès du service gestionnaire du dossier fiscal pour certifier de sa régularité.

Obligatoire

Pour les nouveaux contribuables non soumis à l’impôt synthétique, la délivrance de carte d’immatriculation fiscale est précédée du paiement d’un acompte provisionnel égal à 50% du minimum de perception.

Le service des Eaux et Forêts ne doit plus délivrer, ni renouveler les permis de coupe des exploitants forestiers sans la présentation par ces derniers de l’une de ces cartes.

De même pour toute personne physique ou morale exerçant une activité à but lucratif, la présentation de l’une d’entre elles est obligatoire lors des réquisitions effectuées par des délégués des Collectivités territoriales décentralisées, des agents de l’administration fiscale ou des représentants de la force publique dans l’exercice de leurs fonctions.

=======================
- La vignette

Pour les activités de transport terrestre de personnes ou de marchandises à titre onéreux, à ces deux cartes s’ajoute la vignette. Les compagnies d’assurances, les organismes chargés des visites techniques et les centres immatriculateurs ne doivent renouveler le contrat d’assurance et procéder aux visites ou mutations de voitures affectées au transport public de personnes ou au transport de marchandises que sur présentation de la vignette. Sinon le propriétaire doit présenter un certificat de non-affectation du véhicule au transport à titre onéreux. Ce certificat est valable pour l’année en cours et le numéro doit être porté sur les attestations délivrées par ces organismes.

Et si cette scène se passait à Madagascar ?

j'irai dormir chez vous

Wednesday, January 16, 2008

Crise oblige




Les craintes de récession aux Etats-Unis font plonger les Bourses mondiales

A Wall Street, les craintes d'une récession aux Etats-Unis provoquée par la crise des crédits immobiliers (subprimes) se muent peu à peu en certitudes. Mardi 15 janvier, les pertes considérables annoncées par la plus grande banque américaine, Citigroup, ont porté un nouveau coup au moral des investisseurs. Il s'est traduit par un plongeon quasi général des marchés d'actions.

A New York, l'indice Dow Jones a cédé 2,17 % entraînant dans sa chute les Bourses de Paris (- 2,83 %), Londres (- 3,06 %) et Francfort (- 2,14 %). Les craintes sur la santé de la première économie mondiale ont gagné l'Asie. Mercredi, l'indice Nikkei à Tokyo a décroché de 3,35 %. Hongkong a dévissé de 5,37 %. La Bourse de Shanghaï (Chine), jusqu'ici résistante, a plié de 2,81 %.

Si l'origine de ce reflux des marchés d'actions est directement lié aux 9,8 milliards de dollars (6,6 milliards d'euros) de pertes trimestrielles annoncées par Citigroup, les inquiétudes des courtiers sont plus larges.

L'effondrement du marché des crédits immobiliers à risque aux Etats-Unis n'en finit pas de provoquer des dégâts. Tel un effet papillon, les subprimes rongent désormais des pans entiers de l'économie américaine.

Pour les analystes, l'annonce, mardi, du recul de la consommation aux Etats-Unis en décembre 2007, s'ajoutant à la dégradation du marché de l'emploi, l'atteste. "La récession est déjà là", assure Paul Jorion, économiste en Californie. L'ancien président de la Réserve Fédérale (Fed), Alan Greenspan, interrogé mardi par le Wall Street Journal, confirme lui aussi que "les symptômes (de la récession) sont là". Pour M. Jorion, "un krach est tout à fait possible, il suffit d'un grain de sable".

VALEURS BANCAIRES MASSACRÉES

Krach ou pas krach, pour la plupart des analystes, la crise est loin d'être finie. Selon les experts de Goldman Sachs, les marchés vont traverser une période difficile pendant encore six mois. Dans l'intervalle, la baisse pourrait atteindre entre 10 % et 15 % de chaque coté de l'Atlantique.

Aux Etats-Unis, les investisseurs mettent leurs derniers espoirs dans l'intervention de la Fed. En baissant rapidement et fortement ses taux d'intérêt, elle pourrait relancer la machine aux Etats-Unis, ce qui profiterait aux marchés d'actions. L'hypothèse est crédible. Ben Bernanke, le président de l'autorité monétaire, s'est dit prêt la semaine passée devant le Congrès à intervenir pour éviter la récession.

Dans le reste du monde, la situation est moins grave, mais tout de même inquiétante. Pour la plupart des experts, les économies des pays émergents, que l'on disait "découplées" de celle des Etats-Unis, devraient aussi ralentir du fait de la baisse de leurs exportations. Si l'économie européenne n'est pas menacée d'une récession, elle l'est par un ralentissement. "Les profits des entreprises vont reculer affectés par l'accès de faiblesse de l'économie mondiale", prédit un analyste. D'autant plus, que la Banque Centrale Européenne (BCE), inquiète des tensions inflationnistes apparait rétive à toute baisse des taux.

En Bourse, les valeurs du secteur bancaire sont massacrées, (Citigroup a perdu plus de la moitié de sa valeur en six mois), mais les autres secteurs commencent aussi à souffrir. En attendant un rebond des marchés, attendu pour les plus optimistes d'ici la mi-2008, les investisseurs se réfugient sur les grandes valeurs, plus solides et peu cycliques.

Monday, January 14, 2008

ATTENTION, AIR MADAGASCAR ANNULE SES VOLS

Stupéfaction dans les agences de voyages. La compagnie nationale de transport aérien, annule une partie de ses vols vers Paris, du mois d'avril au mois d'octobre. Olivier Robinson, directeur général adjoint d'Air Madagascar, reconnaît que la décision a un rapport avec la fin de la location de l'un des Boeings 767-300 qui dessert les vols long-courriers.
Le contrat de location avec la compagnie internationale de leasing Gecash prendra fin en mars. Elle a déja annoncé qu'elle n'est plus en mesure d'assurer la disponibilité de l'appareil après cette date.
Trois vols hebdomadaires
Selon les explications du responsable de l'agence de voyages Aventour Madagascar, la compagnie prévoit de maintenir deux vols hebdomadaires sur les trois actuels. Toutefois, celui sur Marseille reste opérationnel pour assurer également la liaison avec la France. Air Madagascar convoiera en priorité toutes les réservations confirmées.
«La compagnie devrait aussi trouver des arrangements avec les autres compagnies desservant la France pour transporter ses voyageurs», déclare le responsable de l'agence Aventour.
La direction générale d'Air Madagascar reste toutefois optimiste. «Cette configuration ne sera appliquée que si la compagnie ne trouve aucun appareil pour assurer ses services», confie Olivier Robinson. Le cas échéant, la compagnie s'arrangera avec les autres sociétés pour transporter ses passagers. Des compromis avec Air France ou Corsairfly seraient alors inévitables.


Même la liaison avec Milan sera perturbée

Le vol hebdomadaire de la compagnie Air Madagascar sur la ville italienne de Milan, sera également bouleversé.
Dans la configuration actuelle, la liaison s'effectue le mardi. D'après les informations de la compagnie nationale, elle sera suspendue de février à mai.
A partir de ce dernier mois, le vol se fera tous les jeudis. La décision s'explique aussi par l'insuffisance des appareils de la compagnie.
La liaison sur la capitale thaïlandaise reste opérationnelle, car Bangkok est la seule porte d'entrée d'Air Madagascar en Asie jusqu'à maintenant.

Il mordait sa femme à pleine dents

Il voulait continuer à mordre la vie à pleine dents ...
Sorti de la prison d'Antanimora il y a tout juste deux mois, un homme y est retourné jeudi pour violence conjugale. Présentant trois profondes morsures au dos, son épouse a porté plainte contre lui, affirmant que c’est la seconde fois qu’il la blesse gravement.
L'acte a été commis le 1er janvier. Une dispute a éclaté dans le couple lorsque la femme s’est refusée à son mari. Frustré, ce dernier continua les « préliminaires » quand un appel téléphonique reçu au même moment par le mari n’a fait qu’aggraver la situation.
Entendant une voie féminine au bout du fil, l’épouse s'est emparée du téléphone portable et l'a glissé dans son slip. Ce geste a rendu furieux le mari qui a tenté de récupérer son téléphone.
Se heurtant à la résistance de l’épouse, il l’a alors mordue au dos. Blessée, la femme a appelé au secours. Des voisins l'ont amenée à l'hôpital où on lui a délivré un certificat médical.
La femme a ensuite saisi le commissariat du 4e arrondissement de la sécurité publique à Isotry. Au tribunal Anosy, elle a montré des clichés témoignant de la gravité de ses blessures.
Elle déclare être lasse de la violence conjugale qu'elle ne cesse de subir. Son mari avait déjà été emprisonné pour l’avoir blessée à la cuisse avec un morceau de verre.

Comment va l'économie mondiale ?

La crise mondiale des crédits et des liquidités, débutée en août dernier, s’est aggravée durant ces dernières semaines. Cela se démontre aisément : aux États-Unis, dans la zone euro et au Royaume-Uni, les écarts entre les taux d’intérêts Libor (auxquels les banques se prêtent entre elles) et ceux des banques centrales – et des obligations d’État – sont extrêmement élevés et ont augmenté depuis le début de la crise. Cela indique une aversion pour le risque et une méfiance entre les différents protagonistes.



Certes, les grandes banques centrales ont injecté des dizaines de milliards de dollars de liquidités dans le secteur des banques commerciales, et la Réserve fédérale américaine, la Banque d’Angleterre et celle du Canada ont baissé leurs taux d’intérêts. Mais la dégradation des conditions financières prouve que cette politique a échoué.

Il n’est donc pas étonnant que les banques centrales soient de plus en plus désespérées face à la pire crise financière qu’elles aient connue depuis l’avènement de la mondialisation financière. Au risque de paraître brusque, l’annonce récente d’injections coordonnées de liquidités de la part de la Fed et de quatre autres grandes banques centrales arrive un peu tard.

Ces mesures ne pourront réduire de manière significative les écarts interbancaires, car les politiques monétaires ne peuvent résoudre les vrais problèmes sous-jacents à la crise. Le problème n’est pas uniquement le manque de liquidités – des institutions financières avec des dettes à court terme et des actifs non liquides à terme plus long. Nombre d’autres agents économiques font face à de graves problèmes de crédit et de solvabilité, notamment les millions de ménages américains et européens qui ont contracté des emprunts hypothécaires excessifs, les centaines de prêteurs de subprimes en faillite, le nombre croissant de promoteurs en difficulté, les nombreuses institutions financières fortement endettées et, de plus en plus, le secteur des entreprises.

Par ailleurs, les injections monétaires ne peuvent résoudre l’incertitude généralisée d’un système financier dans lequel la mondialisation et la sécurisation ont entraîné un manque de transparence qui a fortement nuit à la confiance. Lorsque l’on ne fait pas confiance à ses interlocuteurs financiers, on ne leur prête pas, quel que soit l’argent dont on dispose.

Quoi que fasse la Fed, les États-Unis sont en route vers la récession. L’addition des problèmes concrets et financiers – la plus grosse récession immobilière qu’aient jamais connue les États-Unis, le pétrole à 90 $ ou plus le baril, une grave crise des crédits, la chute des investissements des entreprises et la faible épargne de consommateurs surendettés ayant subi plusieurs chocs négatifs – fait que la récession est inévitable. D’autres économies seront sans doute entraînées dans cette chute au fur et à mesure que la contagion américaine se propagera.

Pour atténuer les effets d’une récession américaine et d’une dépression économique mondiale, la Fed et d’autres banques centrales devraient réduire leurs taux de manière beaucoup plus agressive, plutôt que de compter sur des petites injections de liquidités vouées à l’échec. La baisse de 25 points de base des taux directeurs de la Fed en décembre était bien faible par rapport à ce qu’il aurait été nécessaire de faire ; des réductions similaires réalisées par la Banque d’Angleterre et la Banque du Canada ne commencent même pas à compenser l’augmentation des taux nominaux et des taux d’emprunt réels provoqués par la forte hausse des taux du Libor. Les banques centrales auraient dû annoncer une réduction coordonnée de 50 points de base pour montrer leur volonté d’éviter un atterrissage en catastrophe de l’économie mondiale.

De même, la BCE a tort de refuser de réduire ses taux – elle imagine à tort qu’elle pourra les remonter une fois que la crise soit disant “temporaire” des crédits sera passée. Compte tenu du dégonflement des bulles immobilières, de la hausse des prix du pétrole et de la force de l’euro, qui gêne déjà la croissance, la BCE est quasiment en train d’assurer à la zone euro un ralentissement brutal.

Dans tous les cas, les mesures récemment annoncées par la Fed et d’autres banques centrales ne vont pas dans le bon sens. Les marchés financiers d’aujourd’hui sont dominés par des institutions non bancaires – banques d’investissement, fonds de placements sur les marchés monétaires, fonds spéculatifs, prêteurs hypothécaires n’acceptant pas les dépôts, “structured investment vehicles” (SIV), voire fonds d’investissement nationaux ou locaux – qui n’ont aucun accès direct ou indirect aux liquidités fournies par les banques centrales. Toutes ces institutions non bancaires présentent aujourd’hui des risques de voir une pénurie de liquidités.

La législation américaine interdit formellement à la Fed de prêter à des institutions non bancaires – hormis en cas d’urgence, mais cela implique un processus d’approbation long et complexe, ainsi que l’apport de garanties élevées. Jamais dans l’histoire, la Fed n’a prêté à une institution non bancaire.

Le risque augmente donc de voir une sorte de “course aux guichets” (“bank run”) toucher les institutions financières non bancaires, en raison de leurs dettes à court terme et de leurs actifs non liquides à plus long terme – c’est du moins ce que laissent penser les problèmes récents de certaines banques (Northern Rock), de certains fonds de placements sur les marchés monétaires, de certains fonds d’investissements nationaux et de certains fonds spéculatifs. Il y a peu de chances que les banques re-prêtent à ces institutions non bancaires les fonds qu’elles ont empruntés aux banques centrales, compte tenu de leurs propres problèmes de liquidités et du peu de confiance qu’elles accordent aux agents non bancaires.

Des réformes majeures de politique, de régulation et de surveillance vont être nécessaires pour nettoyer le désordre actuel et assainir le système financier mondial. Les politiques monétaires ne peuvent à elles seules résoudre les conséquences de l’inaction des régulateurs et des superviseurs face aux excès de crédits de ces dernières années. Un atterrissage en catastrophe de l’économie américaine est donc aussi inévitable qu’un ralentissement de l’économie mondiale. Une baisse plus importante et plus rapide des taux d’intérêts officiels pourra, au mieux, influencer la durée de la crise à venir.

L'économie mondiale a connu quelques bonnes années. La croissance a été forte, le fossé entre les pays développés et les pays en développement s'est rétréci, l'Inde et la Chine ouvrant la voie avec une croissance de leur PIB de 11,1% et 9,7% en 2006 et de 11,5 et 8,9% en 2007 respectivement. Même l'Afrique ne s'en est pas si mal sortie, avec un taux de croissance supérieur à 5% en 2006 et en 2007.


Mais la période faste touche peut-être à sa fin. On s'inquiète depuis des années du déséquilibre général causé par les énormes emprunts américains à l'étranger. L'Amérique dit que le monde devrait la remercier : en vivant au-dessus de ses moyens, elle a soutenu l'économie mondiale, notamment grâce aux taux d'épargne en Asie, qui a accumulé des milliards de dollars en réserve. Mais il était évident que la croissance de l'Amérique sous Georges Bush ne pouvait durer longtemps. L'instant de vérité est arrivé.

La malencontreuse guerre américaine en Irak a participé à la multiplication par quatre du prix du pétrole depuis 2003. Durant les années 1970, les chocs pétroliers ont engendré l'inflation dans certains pays et à la récession dans d'autres, alors que les gouvernements augmentaient les taux d'intérêt pour combattre la hausse des prix. Certaines économies ont eu à faire face au pire des deux fléaux : la stagflation.

Jusqu'à présent, trois facteurs essentiels ont limité la hausse du prix du pétrole. Tout d'abord la Chine, avec l'énorme augmentation de sa productivité – reposant sur un haut niveau d'investissement, notamment dans l'éducation et la technologie – qui a exporté sa déflation. Ensuite les USA qui ont bénéficié de cette situation en baissant leurs taux d'intérêt à des niveaux sans précédent, provoquant la formation d'une bulle immobilière avec des prêts accessibles à pratiquement tout le monde. Finalement, ce sont les travailleurs partout dans le monde qui en ont supporté les conséquences, avec des salaires réels en baisse et une part plus faible du PIB.



Une menace mortelle pour les pays en développement

Ce jeu est terminé. La Chine est maintenant confrontée à une pression inflationniste. Par ailleurs, si les USA parviennent à convaincre la Chine de laisser sa monnaie s'apprécier, le coût de la vie aux USA et ailleurs augmentera. Avec l'augmentation du prix des biocarburants, les marchés de l'agriculture et de l'énergie sont devenus intégrés. Si l'on y ajoute l'augmentation de la demande des hauts revenus et une baisse de l'offre pour des raisons climatiques, on peut s'attendre à une hausse du prix dans l'alimentation - une menace mortelle pour les pays en développement.

Cela pourrait mettre un coup d'arrêt à la surconsommation aux USA. Même si la Réserve fédérale continue à baisser les taux d'intérêt, personne ne va se précipiter pour financer des prêts dans l'immobilier. Avec la baisse des prix dans ce secteur, de moins en moins d'Américains voudront et pourront poursuivre leur frénésie de dépenses.

Le gouvernement Bush espère d'une manière ou d'une autre retarder une vague de saisies, et va laisser au prochain président la tache de résoudre les problèmes économiques, exactement comme il le fait avec le bourbier irakien. Ses chances de réussite sont faibles. Pour l'Amérique, la vraie question est aujourd'hui simplement de savoir si le ralentissement va être de courte durée, mais brutal, ou moins marqué, mais prolongé.

L'Amérique exporte ses difficultés, non seulement par l'intermédiaire de ses prêts dangereux et de ses mauvaises pratiques financières, mais aussi par un dollar toujours plus faible, en partie conséquence d'une politique micro et macroéconomique erronée. Ainsi, il va être de plus en plus difficile à l'Europe d'exporter. Et comme l'économie mondiale s'est bâtie sur un “dollar fort”, l'instabilité des marchés financiers liée à son affaiblissement sera coûteuse pour tous.

En même temps, il y a eu une redistribution massive des revenus au niveau mondial d'une part des pays importateurs de pétrole vers les pays producteurs – dont un nombre disproportionné est constitué d'Etats non démocratiques – et d'autre part des travailleurs partout dans le monde vers les plus riches. Les salariés vont-ils accepter encore longtemps la baisse de leur niveau de vie au nom d'une mondialisation inéquitable dont les promesses apparaissent de plus en plus illusoires. En Amérique on sent déjà le mécontentement qui monte.



Douche froide

Pour ceux qui pensent qu'une mondialisation bien gérée peut bénéficier tant aux pays développés qu'aux pays en développement et qui croient en la justice sociale et à l'importance de la démocratie (ce à quoi adhère les éléments les plus dynamiques des classes moyennes), tout cela fait l'effet d'une douche froide. Les ajustements économiques de cette ampleur sont toujours douloureux, et la situation économique est d'autant plus difficile aujourd'hui que les gagnants ont tendance à resserrer les cordons de la bourse.

Le revers de la médaille d'un “monde qui croule sous les liquidités” est un monde confronté à une demande globale fléchissante. Au cours des sept dernières années, les dépenses débridées de l'Amérique ont comblé le fossé. Mais maintenant, tant les dépenses du gouvernement que des ménages américains sont appelées à diminuer, les candidats à la présidence des deux partis promettant un retour à une politique budgétaire responsable. Après sept ans durant lesquels l'Amérique a vu sa dette publique passer de 5600 à 9000 milliards de dollars, cela devrait être une bonne nouvelle, mais cela intervient au plus mauvais moment.

Il y a une lueur d'espoir dans ce sombre tableau : la croissance mondiale a des origines plus diverses qu'il y a dix ans. Depuis quelques années, ce sont les pays en développement qui sont les véritables moteurs de la croissance.

Néanmoins, une croissance ralentie – ou une éventuelle récession – de la première économie mondiale aura des conséquences planétaires. Il y aura un ralentissement généralisé. Si les autorités monétaires réagissent de manière appropriée à la pression inflationniste qui monte – en tenant compte de ce qu'elle est essentiellement importée et non la conséquence d'une demande intérieure excessive – nous allons peut-être nous en sortir. Mais si elles augmentent sans cesse les taux d'intérêt pour atteindre leurs objectifs en matière de lutte anti-inflationniste, nous devons nous préparer au pire : un nouvel épisode de stagflation*.

Si les banques centrales se laissent aller à cette politique, elles parviendront sans nul doute à juguler l'inflation, mais le prix à payer en termes de pertes d'emploi, de revenus et de mise à la rue sera énorme.

*La stagflation est la combinaison d'un taux de chômage élevé et d'un haut taux d'inflation. Avant la fin des années 60, les variations de l'activité économique provenaient principalement des perturbations de la demande (fluctuations de la demande globale ou des dépenses totales). Une hausse de la demande globale entraîne une augmentation de la production, de l'emploi et des prix, alors qu'un fléchissement provoque une baisse de la production, une augmentation du taux de chômage et une diminution du taux d'inflation. Dans les années 70 et 80, la stagflation découle en partie des soubresauts de l'offre (augmentation des prix provoquée par celle des coûts de production). Si les gouvernements réagissent à une forte augmentation des prix résultant de perturbations de l'offre en maintenant constante la dépense globale de l'économie, celle-ci connaîtra une grave récession, car des dépenses d'énergie ou d'alimentation plus élevées devront être compensées par une diminution des dépenses pour d'autres biens et services, ce qui aboutit à un recul de la production et de l'emploi. Si les gouvernements accroissent les dépenses totales, il y aura inflation. La majorité des gouvernements occidentaux ont choisi une politique qui se situe entre ces deux extrêmes, augmentant ainsi à la fois l'inflation et le chômage. Les anticipations peuvent aussi avoir un effet sur la stagflation. Quand les gens prévoient que l'inflation va se maintenir, ils déterminent les salaires et les prix en conséquence, donnant ainsi à l'inflation une impulsion qu'on ne peut freiner rapidement.

Tuesday, January 08, 2008

Ne pas confondre vitesse et précipitation !!!

Panique aux 67 Ha. La voiture ouvreuse d'un cortège de motos et de voitures de la sécurité présidentielle, en route pour recupérer le Président Marc Ravalomanana à l'aéroport d'Ivato, a provoqué un accident dans le quartier, sur la route reliant 67 ha-Sud à Andohatampenaka. Après avoir percuté un piéton au milieu de la rue, la Golf a provoqué un carambolage monstre.
Après le choc, la voiture ouvreuse s'est soudainement arrêtée alors que les motos qui roulaient derrière elle étaient encore en pleine vitesse. Surpris, les motards n'ont pas eu le temps de freiner.
À vive allure
Immédiatement, des voitures ont été également prises au dépourvu. Heureusement, aucun membre du cortège n'a été touché. Le convoi, sans la voiture ouvreuse, a alors repris la route.
Quant au piéton percuté, il a été évacué d'urgence à l'hôpital Joseph Ravoahangy Andrianavalona (Hjra). Arrivé au service d'urgence, il a passé une radiographie, le médecin traitant ayant recommandé cette procédure, vu la violence du choc qu'il avait subi.
La voiture roulait à vive allure, avec sirène et gyrophare, quand elle a heurté le piéton d'une trentaine d'années. Propulsé vers le haut par le choc, il a rebondi sur le parebrise qui l'a, à son tour, projeté contre le flanc droit de la voiture. De là, il est tombé à terre.
Après l'accident, l'homme a encore pu se lever et marcher. A première vue, aucune blessure n'a été constatée sur lui. La présidence de le République suit de près son traitement.

Sunday, January 06, 2008

Qui dit mieux ?


Trois filles et un garçon, d’un seul coup ! Samedi après-midi, la maternité de Befelatanana a vécu une naissance peu ordinaire. Il s’agissait, en fait, d’une naissance multiple, des quadruplés nés d’un second geste. A 16h03, Nancia, Natanaelle, Joany et Jeremia ont commencé un à un à faire leur apparition et pousser leurs premiers cris. Veromanitra Raharimalala, la maman, ne les a sans doute pas vu venir. Cette paysanne venue d’Ambohidratrimo, en effet, ne savait pas qu’elle allait accoucher ce jour-là de quadruplés. Une naissance multiple, certes, mais pas « autant » ! C’est Nancia (1,850 kg) qui est venue au monde la première, suivie d’une seconde fille, Natanaelle (1,650kg). Puis arrive l’unique garçon des quadruplés, Joany (1,600kg) et enfin Jeremia (1,500kg). Tous les quatre ont, évidemment, été placés en couveuses, mais sont apparemment en bonne santé. La mère, elle, paraissait très éprouvée par l’accouchement qu’elle venait de vivre. Malgré cela, c’est une joie immense pour elle d’avoir eu ses bébés. La foule de questions qui se pose maintenant concerne le futur, notamment sur les moyens de subvenir aux besoins de ces nouveau-nés. En effet, cette jeune paysanne de 23 ans ne roule pas sur l’or. Et maintenant, la famille compte donc 5 enfants, les parents ayant déjà eu un enfant avant l’arrivée des quadruplés.

Besoins

Ces nouveau-nés, c’est évident, vont avoir besoin d’énormément de lait maternisé, le lait de la mère ne pouvant jamais suffire à les nourrir. Les premiers jours suivant la naissance, les bébés ne consomment pas encore une trop grande quantité de lait, mais cela ira en croissant, au fil des mois. Dans quelques semaines, les bébés engloutiront une boîte de lait maternisé par jour, sinon plus. A raison d’environ six biberons par jour pour chacun d’eux, le calcul est vite fait et la facture, très salée sachant qu’une boîte de lait coûte autour de Ar 12000. Sans parler des couches, langes, brassières et autres accessoires indispensables aux nouveau-nés.

En effervescence !

Quoi qu’il en soit, cette naissance multiple met toute la famille et même la famille élargie, en effervescence. Des quadruplés, on n’en voit pas arriver tous les jours dans la famille. Idem pour le personnel de la maternité qui, bien qu’habitué à des circonstances peu ordinaires autour des naissances dans leur service, n’accueille pas non plus des quadruplés toutes les semaines. Pour les uns et les autres, l’essentiel est que la mère se porte bien et que les bébés soient en bonne santé malgré leur poids à la naissance, inférieure à la normale. Chose inévitable, en fait, lorsqu’il s’agit de quadruplés comme c’est le cas ici.

Petite réunion de famille





























Wednesday, January 02, 2008

Ils se sont dit oui à la mairie de Marseille le samedi 29 décembre 2007

Chouette on va faire la fête ...


Tiana et Daniel vont faire face à tous les problèmes


Sandrine, Tianna et Lilian sont aux anges


Allez!! nous sommes fin prêts pour le grand évènement


Mais la mairie se trouve à deux kilomètres à pied s'il vous plait...


Sandie commence à râler......


Souriez je filme


Mbola ( soeur de Daniel à gauche) et Lilian ( le mari de Sandie
à droite )

On signe le contrat de mariage


Vous savez ce que vous faites semble dire le maire...


Mbola avec sa plus belle plume!!!!


Même de la main gauche Lilian confirme le mariage.


Un livret de famille avec une feuille intercalaire (on ne sait jamais...)


C'est dans la poche !!!


Le début d'un long bonheur


Une pose photo pour tous les témoins


Les deux témoins

Même le soleil était au rendez-vous


Un très beau couple ...vive la marié !!!

Le jeune couple avec la famille Ton'S

Mbola, Alice, Ndimby, Daniel, Mirana, Tiana, Candie, Jade et Rado


Ndimby et Mirana

Le champagne offert par la mairie

La famille est ravie

Arly et Sylvia..

Sandie, Tianna et Lilian


La famille Daniel ( Mirana, Tiana et Mbola)


Hugues un fils de Ton'S


On transmet la bonne nouvelle à Andohalo


Un peu d'émotion, c'est normal...


Une retrouvaille


Un petit discours improvisé


Et champagne pour tout le monde, que la fête commence

Encore un petit blabla bla....naturellement malgache

Mirana et sa petite nièce

La famille Ton'S en surcharge sur le canapé


Heureusement qu'il y a la télé pour Titiou

On passe aux choses sérieuses....mais le choix est difficile !!!

Et en plus il faut patienter.....

C'est pour qui le coca ?

Jade :" non merci j'ai trop bu !!!"

Candie et sa petite sœur Jade


Arly et sa femme Sylvia ( cousine de Daniel)